Production de poissons dans le sud.
Outre la vente des poissons, cet élevage permet d'enrichir naturellement l'eau d'irrigation. L'eau issue des nappes phréatiques est souvent pauvre en éléments fertilisants..
BrochurePisiculture.pdf
Document Adobe Acrobat [222.7 KB]

 

Le coin secret de la ville d'Alger

Dans la deuxième partie de la vidéo: élevage de moules et huitres.

www.youtube.com/watch?v=lIkPvmam3ao

 

 

Très bel article assez complet.

 

Korichi Nadhir // Directeur de la pêche et des ressources halieutiques du sud-est

«Nous avons des indicateurs positifs qui ne trompent pas»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

11.11.13 El Watan

 

Les différentes formes d’aides à l’investissement dans l’aquaculture saharienne  et  l’apport de la recherche universitaire font régulièrement débat. C’était le cas tout récemment à Ouargla, lors d’une rencontre organisée par la Chambre interwilayas de la pêche et de l’aquaculture du Sud-Est. L’absence chronique de poissons produits dans les fermes dans les marchés locaux semble être la critique récurrente faite au secteur qui  fait son mea culpa et essaie de trouver des solutions à des problèmes cruciaux, tels que le manque  d’une alimentation adaptée au poisson. Le directeur de la pêche et des ressources halieutiques du Sud-Est revient justement sur l’ensemble de ces points dans cet entretien.

-Tout d’abord, quelle évaluation faites-vous de la situation de l’aquaculture saharienne onze années après l’introduction des premiers alevins de Tilapia et la création de votre direction ?

L’existence même d’une direction de la pêche à Ouargla et dans le Sud en général est relativement récente, nous sommes un bébé-secteur dans une zone saharienne et pendant longtemps, la vue même de la plaque de notre direction prêtait à la raillerie. Nous sommes donc nés dans des conditions difficiles, dans un milieu hostile et dans une région ou très peu de techniciens s’étaient formés dans ce domaine très en vogue sous d’autres cieux, y compris dans des zones du globe réputées pour ne pas être maritimes. Je vous donne l’exemple de la Hongrie, un des pays leaders dans la pêche continentale, sans avoir de mer, et qui nous pourvoit actuellement en géniteurs certifiés de poissons-chats.

-Au-delà de cette genèse, la question de l’absence du produit aquacole alors que l’Etat a consenti des aides colossales à des projets qui étaient jusque-là sous les feux des projecteurs pose un vrai problème sur vos objectifs ?

De grandes exploitations ont été lancées avec des aides conséquentes de l’Etat tant à Ouargla qu’à Ghardaïa, et ce qui est bien, c’est que malgré les entraves et toutes les critiques, celles-ci ont rectifié le tir et elles continuent à s’accrocher. Vous savez, beaucoup d’obstacles se sont vite dressés, d’une part la consommation même d’un poisson d’eau douce lorsqu’on est habitués à ne consommer que de la sardine. Pour la ménagère, ce poisson de 350 g la pièce cédé à 700 DA pose des problèmes de gestion des parts dans la même famille, peut-on se permettre plus d’un kilo et comment satisfaire une famille nombreuse avec des pièces moyennes difficiles à partager. Sans être négatifs, il s’agit d’habitudes de consommation difficiles à changer quand on cherche encore sa voie. Je vous donne un autre exemple, la ferme Rouani de Hassi Lefhel à Ghardaïa a pu décrocher des conventions avec des établissements scolaires, mais ça n’a pas marché.

Au début, les enfants ont trouvé du mal à consommer ce poisson parsemé d’arêtes, changement de cap avec la confection de filets, de hachés ou carrément de la soupe de poisson. Mais, là encore la question culturelle s’est posée. L’investisseur n’a pas pu réaliser un bon rendement et les écoles n’ont pas renouvelé les conventions. C’est tombé à l’eau. Le problème de la commercialisation s’est vite dressé en rempart, sur le plan réglementaire, les producteurs ne pouvaient avoir accès aux grandes entreprises pétrolières et autres en tant que tels et les fournisseurs refusaient l’introduction de ce poisson non marin, d’autant plus que les fournisseurs nationaux ne desservent pas exclusivement les poissons et autres produits de la pêche mais livrent également fruits, légumes, viandes rouges et blanches, selon le registre du commerce. Il y a également de l’aliment de grossissement qui pose problème, vu qu’il s’agit d’un produit importé qui coûte cher et reste inaccessible aux petits aquaculteurs sur lesquels nous comptons beaucoup.

-Quelles sont les mesures prises pour endiguer ces problèmes ?

Le complexe Moulay a finalement trouvé une solution pour écouler sa production dans le secteur pétrolier en recourant à la découpe en filets, puisque le poisson entier posait problème. Un changement d’espèce s’est vite imposé comme solution idoine sous les conseils d’experts internationaux. Pour trouver des débouchés, ce n’est donc plus le Tilapia qui est produit mais le poisson chat africain Clarias, qui donne de très bons résultats en République centrafricaine et qui semble mieux adapté à l’élevage intensif grâce à une bonne adaptation au climat tropical, sa croissance rapide, son alimentation omnivore, acceptation et transformation des aliments simples, sa résistance aux maladies et surtout l’appréciation de son découpage en filets, dépourvu d’arêtes fourchues et dont l’arête centrale peut être recyclée dans la confection d’aliments. Un contrat avec des fournisseurs hongrois a permis l’implantation de géniteurs de qualité, certifiés dont les résultats sont garantis sous foi du respect de l’itinéraire technique et l’importation d’un aliment industriel des Pays-Bas. Un expert béninois en fermes aquacoles africaines assure le suivi technique de ce redémarrage et l’apport hongrois est à souligner, ils sont très avancés en matière d’élevage intensif du poisson chat.

-Revenons à la question de base, le consommateur local a été préparé durant une décennie à consommer du poisson du Sahara, où en est la production ?

Il est faux de prendre la seule wilaya de Ouargla comme indicateur de réussite, des zones de production potentielles se trouvent au sein même des palmeraies à Meghaïer, Djemaâ, Oued Souf et Biskra où le Tilapia est très consommé et le surplus commercialisé dans les marchés locaux. A Ouargla, la production de la ferme Moulay a été entièrement écoulée dans la zone industrielle de Hassi Messaoud et les casernes de l’armée. Pour la production des petits bassins d’aquaculture, il est à remarquer que les agriculteurs ont très bien assimilé l’intégration de la pisciculture dans leurs petits bassins pour améliorer le rendement agricole, ils ont de plus belles dattes, de plus beaux fruits et légumes mais ils ont raté l’essentiel de la vulgarisation en matière d’élevage du Tilapia, puisqu’ils ne maîtrisent pas encore la seconde étape, à savoir la séparation des femelles et des mâles pour enclencher le grossissement et stopper la reproduction.

Résultat : les petits bassins pullulent de petits poissons impropres à la consommation et la mortalité commence avec le surnombre. Je parle des agriculteurs qui se sont contentés de mettre des alevins récupérés chez nos aquaculteurs et qui n’ont pas encore bénéficié des cours de vulgarisation. L’aspect positif de la chose est la multiplication des bassins d’aquaculture qui sont passés de 400 à plus d’un millier, mais le point négatif est que les premiers bassins ont des fiches techniques et leurs propriétaires ont été formés aux différentes étapes du grossissement, ce qui n’est pas le cas des nouveaux qui pensaient, à tort, qu’ils allaient maîtriser la technique avec le temps. Nous nous retrouvons donc avec une pléthore de petits aquaculteurs qu’il faut recenser et introduire dans notre base de données afin de les initier à cet élevage. Vous voyez qu’il y a beaucoup d’aspects à cerner pour booster l’aquaculture saharienne qui a de beaux jours devant elle.

-Revenons donc à la vulgarisation, quelle est son efficacité ?

Nous venons de lancer le système d’accompagnement des futurs investisseurs grâce à une vision commune qui a permis la mise à contribution des différents dispositifs d’aide à la création d’entreprises ainsi que le soutien de la BADR Banque. C’est une démarche qui vise à accompagner les diplômés et les futurs aquaculteurs et même les petits marchands des produits de l’aquaculture. Nous voulons créer les conditions optimales favorisant la création de microentreprises assurant les différents maillons de la chaîne de production et de commercialisation.

Pour ce qui est de la vulgarisation, nous avons pris l’habitude d’organiser des tournées régulières à travers les palmeraies du Sud-Est où des présentations permettent aux intéressés de cerner les différents aspects de l’élevage aquacole à petite échelle. L’exemple de Moussa Benkrane, médaillé de la FAO en 2010, est à retenir. Cet électricien de formation, devenu aquaculteur et agriculteur intégré, explique avec des mots simples, avec un film relatant sa propre expérience du début jusqu’à la fin, que l’assimilation des techniques et la maîtrise de l’itinéraire technique sont les clés de la réussite. Ces sessions ont porté leurs fruits, mais beaucoup de chemin reste à faire et il faut des moyens pour pouvoir sillonner plus fréquemment notre région qui est la plus étendue d’Algérie, surtout avec le nombre croissant de demandeurs d’alevins.

-Vous avez survolé les différents problèmes et préoccupations qui se posent avec acuité, quel  rôle joue le ministère de tutelle ?

L’une des premières actions positives prises par l’actuel ministre est de confier les actions motrices du programme national à de vrais techniciens issus du terrain, et comme le problème de l’aliment pour poissons a été soulevé comme étant un écueil pénalisant l’essor de la filière sachant qu’il représente à lui seul 70% du coût et compte pour beaucoup dans le rendement et le prix du produit proposé au consommateur, une convention cadre a été signée avec l’ Office national de l’aliment de bétail pour formuler un aliment adapté et ne plus recourir à l’importation.

-Qu’en est-il de l’apport des experts de la FAO qui viennent de quitter la région ?

L’apport de ces experts est d’une grande importance depuis la signature de la convention entre notre ministère de tutelle et la FAO qui remonte à 2008. C’est le concept de l’agriculture intégrée, dont Hassi Ben Abdallah est la zone pilote qui a été évaluée lors de la dernier visite de l’ équipe d’experts non seulement à Ouargla, qui s’impose en tant que pôle aquacole du sud-est du pays, mais aussi à travers toute la zone saharienne, voire à Sidi Bel Abbès où nous avons accompagné ces experts dont la première recommandation est de valoriser et d’élargir l’expérience de Hassi Ben Abdallah, qui a duré six ans, au autres wilayas du Sud et autres  régions d’Algérie, selon les spécificités de chacune. C’est, faut-il le souligner, le principal enseignement de cette expérience, les potentialités sont énormes, beaucoup de problèmes communs existent, mais chaque zone, y compris dans le Sud recèle des spécificités qui peuvent avoir un effet d’entraînement réel.              



 

Houria Alioua

 

Naâma Intégration de la pisciculture à l'agriculture 

Remarque: l'eau d'irrigation provenant des bassins d'élevage est très riche en engrais naturels.

www.youtube.com/watch?v=IVgvw4fxJ68

 

 

Retour des farines animales dans l'élevage de poissons

 

Question: pourquoi ne pas utiliser des farines de viande issues de nos abattoires de volailles?

 

www.youtube.com/watch?v=ufmbd5k7y4M

 

 

Aquaculture Moderne au BENIN

www.youtube.com/watch?v=x4LSpNtfXSg

 

Innovation: Aliments végétaux pour nourrir les poissons

www.youtube.com/watch?v=uGq2VNf6Nec

 

Vietnam - Chau Doc - Elevage de poissons

Remarquez la presse à fabriquer l'aliment poisson.

 

www.youtube.com/watch?v=IeKrMjF2HI4

Pisciculture au Maroc - استزراع الأسماك بالمغرب -

 

 

www.youtube.com/watch?v=j_u57bQ5L44

 

VIDEO, POISSONS CHAT.

 

nourrir les poissons chats -

www.youtube.com/watch?v=wP9Ia0rkwiY

 

ALIMENTATION POISSON CHAT

Elevage du poisson-chat africain Clarias lazera - FAO

www.fao.org/docrep/field/003/AB643F/AB643F00.HTM

 

Elevage du poisson-chat africain Clarias lazera - FAO

www.fao.org/docrep/field/003/AB643F/AB643F04.htm

 

FERME AQUACOLE.

 

Relizane Une ferme aquacole pour l'élevage du Tilapia -

www.youtube.com/watch?v=N9kt9PweFtc
3 janv. 2012 - Ajouté par Aquaculture ALGERIE

 

 

PECHE.

 

Boumerdes :une société de production et réparation

www.youtube.com/watch?v=wFmEkUbGx20

 

 

Bechar la pêche à la carpe

www.youtube.com/watch?v=V5wuihz7tKM

 

AUTRE

 

TECHNIQUE/BUSINESS

 

 

CONTACT

djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

SITE HEBERGE

PAR 1&1

www.1and1.fr?kwk=197583116

 

PUBLICITE

Vêtements femmes

 

SANTE

Soigner son diabète

 

PUBLICATIONS

Agriculture de conservation

ITGC 2015 211 pages.

 

LIENS CONSEILLES

GRDC Australie

Céréales, transfert de technologie

 

GUIDES TECHNIQUES

Super guides de cultures.

 

 

للز ا رعة الحافظة

Construction de semoir

 

Alternatives Rurales  Pratiques agricoles au Maghreb

 

New Medit

Revue agronomique

 

Entraid

Matériel agricole

 

Permaculture DZ

Site Amis de P. RAbhi

   

E L E V A G E

Conseil en élevage en Algérie

Leader Sheep

 

Elevage de cailles

Cailles dans un garage

 

OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT

Ghriss Mascara - Algérie | Un fellah fabrique une ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/r32AypUxdPg"
https://www.youtube.com/watch?v=r32AypUxdPg
o ...

Fabrication savon d'Alep

Technique artisanale.

 

 

Huile de menthe.

Principe: par distilation. Usage: bloquer la germination des pommes de terre

 

www.google.com/patents/WO2009068803A2?cl=fr

 

Semoir semis-direct:

Essai d'un prototype.

www.youtube.com/watch?v=SJcHIT7HY3c

 

 

Démarche cluster Unido * * * *

Comment développer son activité au sein d'un cluster

dans sa région. Cas de l'olive à Bouira.

www.unido.org/fileadmin/user...we.../interno_web_DEF.pdf
 
 

 

Utiliser le fumier

des élevages.

 

Production de biogaz

 

 

 

Traitement de semences

Semences de ferme.

 
www.youtube.com/watch?v=N-oqfVDvAnQ

 

 

 

How To Use A Pressure Canner

Atelier de conserves

www.youtube.com/watch?v=A-fFAlldDKM

 

How To Make Seitan - Viande végétale

www.youtube.com/watch?v=s9vHa66Bm5E

 

 

Espaces verts machine élagage taille

Elagage des arbres en ville ou en verger.

www.youtube.com/watch?v=uX3dgBNigRU

 

Contact:

www.coupeco.com/coupeco/contents/tailler_arbre_elagage/index.jsp?...

 

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

Irrigation nano

au Maroc.

 

Semoir Semis direct Irakien****

Ras Ar-Rumuh - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/pS1yuxCH844"
www.youtube.com/watch?v=pS1yuxCH844
 

 

Grass Farmer 1414 - YouTube

Pour semer la jachère pâturée

Vidéo pour "https://youtu.be/plIp8DTJFKM"
https://www.youtube.com/watch?v=plIp8DTJFKM
 

 

Aquatrad Subsurface Drip System

www.youtube.com/watch?v=-DBdZ1XvRAo

 

 

ACTU ENTREPRISES

 

Vidéo pour "http://youtu.be/OPMTbk9vTIQ"
www.youtube.com/watch?v=OPMTbk9vTIQ

 

Tapis et revêtements (Algerian Bovines)

www.youtube.com/watch?v=fHrLyufuxCI

 

 

C O U P  DE C O E U R

قناة الشروق - تقنية البذر المباشر ITGC - semis ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/xI254EcfDzs"
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=xI254EcfDzs

 

Crème au chocolat - chef iatto tv - YouTube

"Danettes" au lait de soja et agar-agar

Vidéo pour "https://youtu.be/Vdch6K-mP9M"
www.youtube.com/watch?v=Vdch6K-mP9M

 

 

 

Engrais céréales

Solution Profert Azosul

 

 

 

 

Agrumes intensifs

Conseils de Mohamed MAYOUF

 

 

 

Désherbage bio - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/q7Wyv0uTfp8"

www.youtube.com/watch?v=q7Wyv0uTfp8

 

 

Betterave sucre au Maroc

Barak Allah oufik Si Abdeslam.

 

www.youtube.com/watch?v=Cecv09YiipI

 

 

SITES .FR

Arvalis

 

Oléagineux

 

SITES .DZ

www.crstra.dz

www.inpv.dz

 www.itgc.dz

 

LE SITE.

Ce site vise à réaliser une veille technologique concernant l'agriculture en milieu semi-aride. Nous proposons ainsi de réaliser un transfert de technologie. Beaucoup d'agriculteurs et agronomes sont à l'origine de techniques innovantes, nous essayerons de mieux les faire connaître.

 

L'auteur de ce site est un ingénieur agronome ayant travaillé sur le terrain en Algérie (Batna) et en France (Oise). Passionné d'agronomie et d'une curiosité insatiable, il se propose d'être un "passeur de savoir".

ps: les contributions externes sont les bienvenues.


Mot d'ordre du site

"Une idée nouvelle par jour".

 

Nombre connexions:

100 000         en 2014

200 000 le 15.03.2015

300 000 le 13.09.2015

400 000 le 28.02.2016

500 000 le 07.07.2016

600 000 le 05.02.2017

700 000 le 02.07.2017

Merci pour votre intérêt.