Dossier Erosion en Algérie
Un dossier sur les questions d'érosion en Algérie.
LivreErosion.pdf
Document Adobe Acrobat [871.5 KB]

L'érosion des sols en Algérie.

L'érosion peut être hydraulique ou éolienne.

 

 

E R O S I O N  H Y D R A U L I Q U E

 

ALGERIE, DEVELOPPER LES BANDES ENHERBEES

D. BELAID 27.09.2014

 

L'érosion hydraulique est un mal qui ronge les terres agricoles, notamment au niveau des pentes. L'installation de « bandes enherbées » peut être un moyen de freiner le ruissellement des eaux de pluie et la pollution de l'eau. Cette méthode se développe en Europe. En France, les ingénieurs d'Arvalis la propose aux agriculteurs. Cette solution est inconnue en Algérie. Elle mériterait d'y être adaptée et développée même si de nombreux obstacles existent. A partir de l'expérience développée par des ingénieurs et agriculteurs français nous nous proposons d'examiner les conditions d'une telle stratégie dans le cas algérien.

 

LES OBJECTIFS DE LA MISE EN PLACE DUNE BANDE ENHERBEE

Selon Arvalis « La mise en place d’une bande enherbée en aval de la parcelle est une solution efficace pour limiter les pollutions diffuses par les produits phytosanitaires. Il permet de capter les eaux de ruissellement et les embruns de dérive de pulvérisation, puis de les épurer avant qu’elles ne gagnent les cours d’eau.

 

Lors de l’épandage de produits phytosanitaires au champ, plusieurs facteurs influencent le transfert des matières actives vers les eaux de surface. Les phénomènes de battance ou de tassement du sol empêchent ou limitent fortement l’infiltration de l’eau et favorisent les ruissellements érosifs en surface. Ces eaux sont également susceptibles d’entraîner des produits phytosanitaires hors de la parcelle, avant qu’ils aient pu être dégradés. Le ruissellement érosif est fréquemment observé dans les sols limoneux, en particulier dans les parcelles en pente. Les pollutions diffuses des eaux de surface peuvent provenir également des embruns de dérive pulvérisation.

 

Pour limiter ces transferts, l’implantation d’une zone tampon, haie ou bande enherbée, s’avère un dispositif efficace. Elle permet de limiter l’érosion et de capter les embruns de dérive de pulvérisation tout en ralentissant et en épurant les eaux de ruissellement. Les substances phytosanitaires sont dégradées dans ce milieu non perturbé où règne une forte activité biologique. Un diagnostic terrain préalable est nécessaire avant l’installation pour garantir la bonne efficacité du dispositif ».

 

UNE LEGISLATION A METTRE EN PLACE

En Algérie, une politique de mise en place de bandes enherbées pourrait s'articuler autour de deux objectifs: réduction du ruissellement des eaux de pluies et protection contre la pollution d'origine agricole (phytosanitaires et nitrates). Une telle politique pourrait viser avant tout les bassins versants des barrages et les zones de captages d'eau.

 

Afin de favoriser une meilleure infiltration des eaux de pluies les bandes enherbées sont plus faciles de mise en place que des haies. En effet, les opérations de préparation du lit de semences et de semis sont mécanisées. Reste un obstacle de taille: la présence de troupeaux d'ovins et de caprins avec le risque de pâturage abusif et de destruction du couvert végétal. On peut se demander si dans les conditions locales et selon les étages bio-climatiques, il ne serait pas souhaitable d'adjoindre aux espèces herbacées des arbustes fourragers (acacias, atriplex, …).

 

Selon le type de sol, la pente et le régime des pluies les caractéristiques (largeur, nombre) de telles bandes doivent être définies. Cela peut être la tâche des instituts techniques spécialisés dépendants du MADR. L'INRF dispose par exemple d'une expertise en matière de lutte contre le ravinement.

 

Des bureaux d'études pourraient définir la taille et l'emplacement de ces bandes pour toute exploitation demandant à bénéficier de subventions agricoles.

 

LE CHOIX DES ESPECES

 

Dans les conditions françaises, les spécialistes d'Arvalis recommandent différentes espèces en fonction du milieu. « Le mélange d’une espèce gazonnante (ray-grass, fétuque rouge) avec une espèce à croissance lente, formant des touffes (fétuque élevée, dactyle) est un bon compromis pour une installation rapide tout en favorisant la biodiversité et la pérennité du couvert. Les ray-grass italiens et hybrides sont à éviter car ce sont des espèces invasives. Privilégiez des variétés tardives à montaison pour retarder la fauche et le broyage ».

 

Préconisations d'Arvalis:

Zones fréquemment inondées: Fétuque élevée, fétuque des prés , fléole, trèfle hybride

Sols séchants: Dactyle, fétuque élevée, lotier

Sols sableux superficiels: Fétuque rouge

Sols profonds: Ray-grass anglais

 

Dans le cas algérien, on se rapprochera des ingénieurs de la station ITGC locale pour un choix approprié d'espèces. Dans les conditions locale l'utilisation d'espèces herbacées tropicales est à envisager. Les travaux du Cirad (France) sont à ce sujet intéressants à consulter. Des spécialistes tels Lucien SEGUY recommandent ainsi dans des rapports de mission actuellement en ligne ce type d'espèces afin d'assurer la protection des sols par un fort tapis racinaire. Ce genre d'approche est en cours d'essais en Tunisie.

 

L’IMPLANTATION D'UNE BANDE ENHERBEE

 

L'implantation d'une bande enherbée répond à un cahier des charge précis. Ainsi, en France « au-delà des contraintes réglementaires, variables selon les départements, il faut adapter la localisation et la largeur au phénomène ciblé (intensité du ruissellement, dérive …). Il est recommandé d’implanter les couverts le long des éléments fixes du paysage, cours d’eau, routes, chemins. Le positionnement en bordure d’un point d’eau ou d’un fossé permet de le protéger de la dérive des embruns de pulvérisation ».

 

« Toutefois, lorsque la surface amont est importante, il peut être nécessaire d’implanter une zone tampon intermédiaire en milieu de parcelle et/ou d’élargir la bande enherbée à proximité du point d’eau à protéger».

 

Lorsque la pente de la parcelle est forte il est recommandé d'élargir la bande enherbée.

 

En Algérie, dans le cas de la mise en place de bandes enherbées visant à protéger des eaux de surface ou des zones de captage, aucun produit phytosanitaire ne devrait être autorisé sur les couverts environnementaux. Il s'agirait donc de trouver les moyens afin d'implanter la bande enherbée sur une surface sans salissement adventice et dans des conditions favorisant une installation rapide.

 

DES BANDES INTERESSANTES POUR LA CHASSE

Lors de l'entretien de la bande enherbée, afin de préserver la faune il est préférable de privilégier la fauche au lieu du broyage de l'herbe. En effet, de nombreuses espèces d'oiseaux peuvent nidifier dans les herbes hautes. En cas de broyage, on évitera les périodes de nidification (exemple entre le 15 avril et le 31 juillet) et on limitera la vitesse de passage à 10 km/h. Enfin, on évitera d’éparpiller les résidus végétaux afin de pas étouffer le couvert.

 

EVITER LE RAVINEMENT

Lors du passage des engins agricoles dans la bande enherbée, il faut veiller à éviter de créer des passages au même endroit. Ces passages préférentiels risquent de créer les conditions à une circulation de l'eau de pluie et donc à la formation de ravines. De la même façon, on évitera également de créer une raie de labour le long de la bande enherbée.

 

CONCLUSION

La lutte contre l'érosion a longtemps été pensé en termes d'ouvrages massifs et couteux entravant parfois le travail en grandes cultures, c'est par exemple le cas des banquettes. L'utilisation des bandes enherbées est une solution plus aisée et moins couteuse à mettre en oeuvre. Leur mise en oeuvre nécessite cependant un choix d'espèces spécifiques et un usage adapté en tant que ressource fourragère garantissant leur pérennité.

 

Sources: site Arvalis.fr

 


 

Bande enherbée contre l'érosion

nb: La Chambre d'Agriculture de Picardie organise

des formations

www.youtube.com/watch?v=mFr1c6Y05yg

 

 

UN 2ème BARRAGE VERT?


 

Djamel BELAID Ingénieur Agronome. 2.12.2013

Article paru dans le blog "Paysans d'Algérie" El-Watan

 

 

L’Algérie doit lancer un second plan de barrage vert afin de contrer l’avancée du désert, a indiqué, selon l’APS, le 27.11.2013 le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Abdelwahab Nouri.

 

"Nous avons lancé dans les années 1970 le programme du barrage vert parce que les autorités algériennes étaient conscientes de la gravité du phénomène de la désertification. Aujourd’hui nous devons, à la veille du lancement du programme quinquennal 2015/2019, faire un second plan de barrage vert pour essayer de contrer l’avancée du désert". Un « barrage vert » est-il la réponse la plus appropriée à la désertification?

 

 

DONNER LA PAROLE AUX SPECIALISTES ET AUX CONCERNES.


 

Il faudrait donner la parole aux spécialistes Algériens en la matière et aux populations concernées. Il serait par ailleurs intéressant de tirer les leçons du premier barrage vert. A cet égard, pour en avoir été partie prenante durant le Service National, un travail considérable a été mené par la jeunesse. Il faut remercier les djounouds et officiers du contingent qui durant les mois de leur longue incorporation de l’époque (2 ans) ont soigné dans des pépinières puis creusé le sol et mis en terre des dizaines de milliers de plants. Et cela dans des conditions difficiles: vent de sable, froids intense.

 

Depuis des années des universitaires (agronomes, géographes, biologistes, économistes, sociologues, juristes…) et des cadres, dont ceux du Haut Commissariat au Développement de la Steppe, se penchent et agissent sur ces questions de désertification. Ils devraient être consultés.

 

Les populations des communes concernées devraient être également auditionnées avant tout nouveau projet. De même que les représentants des associations professionnelles agricoles.

 

 

IDENTIFIER LES CAUSES REELES DE LA DESERTIFICATION.


 

L’une des causes de la désertification est le réchauffement climatique. Mais elle est loin d’être la seule. Il y aussi l’action de l’homme. L’apparition des bouteilles de gaz butane a permis de lutter contre la destruction des arbustes ligneux. Mais, il reste une autre action de homme très dommageable, en l’occurrence, celle de l’éleveur. Celui-ci est à la recherche continuelle de ressources fourragères pour ses moutons. L’acquisition de camions, de citernes à eau et le développement de la téléphonie permettent d’être au courant des zones les plus vertes et d’y déplacer rapidement les troupeaux. Et les éleveurs qui possèdent les moyens matériels peuvent arriver les premiers et faire pâturer jusqu’à la racine les plants de chih et alfa sans aucun souci de durabilité du système. Depuis plusieurs années des éleveurs labourent même le maigre sol steppique pour essayer de produire de l’orge.

 

Afin de lutter contre l’érosion éolienne en milieu steppique, il ne s’agit donc pas de planter systématiquement des arbres, mais d’abord de maîtriser le nombre de moutons à l’hectare. Et pour les parcours les plus dégradés, d’interdire tout accès des animaux durant 5 à 6 ans. Pas besoin d’arbres dans ces cas là.

 

Le labour en milieu steppique s’explique également par la volonté d’accaparements privés de parcours jusque là sous le régime « aarch ». Comment organiser une gestion rationnelle des parcours en tenant compte des modes de faire valoir traditionnels? Comment les améliorer, les faire évoluer? Quelle politique de concessions de terres agricoles dans des zones jusque là dévolues à la libre circulation des troupeaux? On ne peut arriver dans ce milieu et se mettre à planter des milliers arbres sans tenir compte des conditions socio-économiques locales. Puis, s’il faut planter des arbres dans certaines zones en milieu steppique, le meilleur gage de réussite ne serait-il pas de les faire planter par les premiers concernés en leur accordant des subventions judicieusement calibrées?

 

LE MYTHE DU BARRAGE.

 

Le terme de « barrage » contre la désertification est souvent utilisé. Il est impropre. Seule la conjugaison d’actions multiples peut permettre de lutter contre la désertification.

 

Par « barrage » on entend le plus souvent volonté de mettre en place une forêt d’arbres. Mais faut-il réellement procéder à la plantation d’arbres ou d’arbustes? Souvent, il a été planté massivement, sans même aucun recours à la mycorhization artificielle, du pin d’Alep. Est-il le plus adapté? Que penser d’autres espèces telle Ailanthus glandulosa que proposent de développer des chercheurs Algériens*.

 

Quant aux arbustes, certaines fixent le sol mais peuvent également servir de réserves fourragères en cas de disette. L’HCDS a installé de belles superficies d’Opuntia indica var. Inermis, d’attriplex ou d’acacias. Des études menées en Tunisie montrent tout l’intérêt de telles espèces.

 

Loin de penser à un « barrage » de végétaux interdit aux populations locales, les nouvelles stratégies de lutte contre la désertification doivent faire la place à diverses plantations et actions où agriculteurs et éleveurs locaux ont toute leur place. Cela doit se faire non pas par des méthodes administratives et le déversement de budgets faramineux aiguisant les appétits, mais par la participation des premiers concernés vivant sur zone. L’écoute des besoins des populations, le développement d’associations professionnelles représentatives, l’attribution de subventions au regard du respect de pratiques écologiques sont, à cet égard les points angulaires des dispositifs à mettre en place.

 

 

DES SOLUTIONS TECHNIQUES.


 

Accompagnant l’organisation adéquates des potentialités humaines, les moyens techniques ont alors toute leur place dans les dispositifs.

 

Certaines zones steppiques (dayat) peuvent être semées d’orge. Mais il s’agit d’étudier les façons de faire: interdiction du labour et remplacement par le semis direct. A ce propos le HDCS développe de telles initiatives. Il est possible d’envisager la plantation de haies.

 

Dans les sols en pente, il s’agit là aussi de proscrire la charrue et de développer des obstacles au ruissellement: haies, bandes enherbées, fascines de branchages et de pneus. A l’Ouest l’Institut Techniques des forêts a développer des systèmes de lutte contre le ravinement.
De petits ouvrages peuvent permettre l’épandage des crues et assurer l’irrigation de terres. Ainsi, la production locale de fourrages permettrait de soulager les parcours les plus dégradés. Citons à nouveau le HDCS qui possède en la matière une réelle expertise et dont nous recommandons le site internet.

 

Il s’agit également de former les agriculteurs locaux, une fois avoir résolu définitivement la question du statut juridique de la terre. Le Pr Slimane BEDRANI note dans un article universitaire le revirement à 180° d’éleveurs qui acquérant un droit d’exploitation de parcours steppique, se mettent à se préoccuper de la charge de moutons à l’hectare afin de protéger d’une sur-exploitation les touffes d’alfa.
Ne pourrait-on pas, également, imaginer un label « exploitation agricole respectueuse de l’environnement » et en tenir compte dans l’attribution des subventions agricoles?

 

Répétons le, la lutte contre la désertification n’est pas à imaginer comme un « barrage », une sorte de ligne Maginot ou Challes qui se dresserait contre l’avancée du désert. Il s’agit là d’une conception erronée. L’urgence de la désertification fait que nous ne pouvons plus nous permettre de telles erreurs. La vraie lutte contre la désertification fait appel à un ensemble de mesures techniques d’abord testées à petites échelles. Ces mesures techniques ne peuvent porter leurs fruits qu’en tenant compte d’un contexte où les aspects socio-économiques et juridiques ont toute leur place. On le voit donc, les populations locales sont au centre de tout projet qui se voudrait efficace.

 

Notes.
(*) Mohammedi Halima, Labani Abderrahmane et Benabdeli Khéloufi. Essai sur le rôle d’une espèce végétale rustique pour un développement durable de la steppe algérienne. In Développement Durable et Territoires (2006).


DES DOCUMENTS CONTRE L'EROSION.


Une brochure rédigée par un conseiller de la Chambre d'Agriculture du tarn.

Auteur : Antoine Delaunois, Chambre d’agriculture du Tarn, 2008
Cette brochure est téléchargeable sur le site Agritarn (voir lien ci-dessous) et peut vous être envoyée gracieusement par la Chambre d’agriculture du Tarn.
Voir en ligne: http://www.agritarn.com/documents_p....
 
Publié le lundi 20 septembre 2010

 LUTTE CONTRE LES RAVINES.

 

La bande enherbée pour lutter contre les ravines

www.youtube.com/watch?v=mFr1c6Y05yg

 

La bande enherbée contre les ravines

www.youtube.com/watch?v=H0iZypuGZc0

 

 

Lutte contre l'érosion hydrique

www.ma.auf.org/erosion/chapitre1/VI.Lutte.html
Les paysans tentent de reboucher les rigoles et les ravines par le travail de la surface du sol, mais ils .... Les mesures de lutte contre le ruissellement et l'érosion des sols ...... Méthodes simples d'étude du ravinement en Algérie (Roose, 2000).

 

Egalement dans cette rubrique :

 
Le compost : valorisez vos fumiers
Publié le mardi 30 octobre 2007
Mis à jour le mardi 12 janvier 2010
 
Réussir le passage au non-labour
Publié le vendredi 14 septembre 2007
Mis à jour le mardi 12 janvier 2010
 
Travail du sol sans labour : bilan des suivis 2001-2004 en Midi-Pyrénées
Publié le vendredi 17 novembre 2006
Mis à jour le lundi 18 janvier 2010
 
Intérêt de la suppression du labour dans la réduction des risques d’érosion en coteaux molassiques
Publié le mardi 22 novembre 2005
Mis à jour le lundi 22 février 2010

 

 

LA "DEHESA" ESPAGNOLE PROTEGE LES SOLS.

 

En Espagne, les espaces secs sont plantés d'arbres isolés. Cela protège les pâturages et offre de l'ombre aux animaux. Remarquez à la 23ème minute des plantations de jeunes arbres entourés de grillage. Pourquoi ne pas essayer chez nous ce système.

 

El bosque protector. Dehesas: bosques abiertos

 

Les champs en Algérie dans la région des hauts olateaux ne montrent aucune trace d'arbres. C'est un non sens écologique. L'Espagne se distingue avec les "dehesas". Voila ce qu'il faut en Algérie et dans les autres pays méditerranéens.

www.youtube.com/watch?v=FvyX8dObuxA

 

 

Planter des arbres pour Tree Nation

 

Comment aider les céréaliers Algériens à planter des haies et des arbres?

www.youtube.com/watch?v=g0fmZI2FJ0Q

 

Agir sur le climat / stocker du carbone

www.youtube.com/watch?v=4LB3RbnHXH4

 

 

Banquette anti-érosive avec des pneus.

https://scontent-b-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-ash3/1620701_666152023423694_1449874730_n.jpg

 

 

 

 

El hombre que plantaba arboles* * *

Un berger espagnol qui plante des arbres.

http://youtu.be/9owCdOSOp3k

 

EROSION EOLIENNE.

 

1 - LUTTE CONTRE LA DERSERTIFICATION DE LA STEPPE

 

La lutte contre la désertification et la production de fourrages en ...

www.youtube.com/watch?v=mNTtpMnP_nQ

 

Lutte contre la désertification et production de fourrages en Algérie ...

www.dailymotion.com/.../x10l8so_lutte-contre-la-d...
5 juin 2013

2 - TRES BEAU TRAVAIL DU SERVICE DES FORETS POUR UNE GESTION RATIONEL DES NAPPES D ALFA.
Bravo!

l'Alfa pour lutter contre la désertification

www.youtube.com/watch?v=HsrklfJoFmI

Algérie : face à la désertification galopante

www.youtube.com/watch?v=pj-lc3Lvq38

Comment fonctionne le Groasis waterboxx contre la ... -

www.youtube.com/watch?v=C_Ti-bb0SRI

TECHNIQUE/BUSINESS

 

 

CONTACT

djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

SITE HEBERGE

PAR 1&1

www.1and1.fr?kwk=197583116

 

PUBLICITE

Vêtements femmes

 

SANTE

Soigner son diabète

 

PUBLICATIONS

Agriculture de conservation

ITGC 2015 211 pages.

 

LIENS CONSEILLES

GRDC Australie

Céréales, transfert de technologie

 

GUIDES TECHNIQUES

Super guides de cultures.

 

 

للز ا رعة الحافظة

Construction de semoir

 

Alternatives Rurales  Pratiques agricoles au Maghreb

 

New Medit

Revue agronomique

 

Entraid

Matériel agricole

 

Permaculture DZ

Site Amis de P. RAbhi

   

E L E V A G E

Conseil en élevage en Algérie

Leader Sheep

 

Elevage de cailles

Cailles dans un garage

 

OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT

Ghriss Mascara - Algérie | Un fellah fabrique une ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/r32AypUxdPg"
https://www.youtube.com/watch?v=r32AypUxdPg
o ...

Fabrication savon d'Alep

Technique artisanale.

 

 

Huile de menthe.

Principe: par distilation. Usage: bloquer la germination des pommes de terre

 

www.google.com/patents/WO2009068803A2?cl=fr

 

Semoir semis-direct:

Essai d'un prototype.

www.youtube.com/watch?v=SJcHIT7HY3c

 

 

Démarche cluster Unido * * * *

Comment développer son activité au sein d'un cluster

dans sa région. Cas de l'olive à Bouira.

www.unido.org/fileadmin/user...we.../interno_web_DEF.pdf
 
 

 

Utiliser le fumier

des élevages.

 

Production de biogaz

 

 

 

Traitement de semences

Semences de ferme.

 
www.youtube.com/watch?v=N-oqfVDvAnQ

 

 

 

How To Use A Pressure Canner

Atelier de conserves

www.youtube.com/watch?v=A-fFAlldDKM

 

How To Make Seitan - Viande végétale

www.youtube.com/watch?v=s9vHa66Bm5E

 

 

Espaces verts machine élagage taille

Elagage des arbres en ville ou en verger.

www.youtube.com/watch?v=uX3dgBNigRU

 

Contact:

www.coupeco.com/coupeco/contents/tailler_arbre_elagage/index.jsp?...

 

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

Irrigation nano

au Maroc.

 

Semoir Semis direct Irakien****

Ras Ar-Rumuh - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/pS1yuxCH844"
www.youtube.com/watch?v=pS1yuxCH844
 

 

Grass Farmer 1414 - YouTube

Pour semer la jachère pâturée

Vidéo pour "https://youtu.be/plIp8DTJFKM"
https://www.youtube.com/watch?v=plIp8DTJFKM
 

 

Aquatrad Subsurface Drip System

www.youtube.com/watch?v=-DBdZ1XvRAo

 

 

ACTU ENTREPRISES

 

Vidéo pour "http://youtu.be/OPMTbk9vTIQ"
www.youtube.com/watch?v=OPMTbk9vTIQ

 

Tapis et revêtements (Algerian Bovines)

www.youtube.com/watch?v=fHrLyufuxCI

 

 

C O U P  DE C O E U R

قناة الشروق - تقنية البذر المباشر ITGC - semis ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/xI254EcfDzs"
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=xI254EcfDzs

 

Crème au chocolat - chef iatto tv - YouTube

"Danettes" au lait de soja et agar-agar

Vidéo pour "https://youtu.be/Vdch6K-mP9M"
www.youtube.com/watch?v=Vdch6K-mP9M

 

 

 

Engrais céréales

Solution Profert Azosul

 

 

 

 

Agrumes intensifs

Conseils de Mohamed MAYOUF

 

 

 

Désherbage bio - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/q7Wyv0uTfp8"

www.youtube.com/watch?v=q7Wyv0uTfp8

 

 

Betterave sucre au Maroc

Barak Allah oufik Si Abdeslam.

 

www.youtube.com/watch?v=Cecv09YiipI

 

 

SITES .FR

Arvalis

 

Oléagineux

 

SITES .DZ

www.crstra.dz

www.inpv.dz

 www.itgc.dz

 

LE SITE.

Ce site vise à réaliser une veille technologique concernant l'agriculture en milieu semi-aride. Nous proposons ainsi de réaliser un transfert de technologie. Beaucoup d'agriculteurs et agronomes sont à l'origine de techniques innovantes, nous essayerons de mieux les faire connaître.

 

L'auteur de ce site est un ingénieur agronome ayant travaillé sur le terrain en Algérie (Batna) et en France (Oise). Passionné d'agronomie et d'une curiosité insatiable, il se propose d'être un "passeur de savoir".

ps: les contributions externes sont les bienvenues.


Mot d'ordre du site

"Une idée nouvelle par jour".

 

Nombre connexions:

100 000         en 2014

200 000 le 15.03.2015

300 000 le 13.09.2015

400 000 le 28.02.2016

500 000 le 07.07.2016

600 000 le 05.02.2017

700 000 le 02.07.2017

Merci pour votre intérêt.