ALGERIE: Trier les déchets ménagers, un geste pour l'agriculture.

Articles et vidéos sur la valorisation des déchets ménagers.

- un article de l'animalteur du site,

- un autre de l'université de Constantine qui fait du beau travail sur la question.

 

كيف تصنع الكومبوست How to make compost‬‎ * * * *

Remarque: on peut mettre dans son bas à compost même les épluchures de fruits et légumes, marc de café, serviettes en papier, ...


www.youtube.com/watch?v=1nqdzuwzQVQ

 

 

تقليص حجم النفايات المنزلية‬‎ - Recycler au jardin les épluchures de fruits et légumes

www.youtube.com/watch?v=PlJnG025raE

 

 

Agriculture de conservation, plus bio que bio

 

Plusieurs vidéos en une seule. La dernière parle de lombricomposteur. Cette vidéo mérite 4 étoiles. * * * *

www.youtube.com/watch?v=TUn_aQy0aW0

 

 

 

Astuces pour élever des vers de terre

www.youtube.com/watch?v=oIffBDBfaGs

 

 

LA VALORISATION AGRICOLE DES BIODECHETS URBAINS

Djamel BELAID 29.12.2013


Chaque ménage produit des déchets ménagers : les biodéchets. Il s’agit des épluchures de fruits et légumes, du marc de café et de thé ou de serviettes en papier. Ces éléments constituent la « fraction organique » des déchets et sont biodégradables. Par compostage ils sont transformables en terreau agricole. Actuellement, les biodéchets collectés sont enfouis dans au niveau de CET. Or, il se trouve qu’en Algérie, les sols requièrent de grandes quantités de ce type de terreau. Comment valoriser ces biodéchets en quantité croissante ?

La séparation des biodéchets à la source est le meilleur moyen de garantir la qualité des opérations de compostage. La séparation préalable à la collecte des autres déchets est la garantie afin d’obtenir un gisement de biodéchets indemne de polluants (bouts de plastique, métaux lourds, …). Selon les caractéristiques d’une commune (habitat urbain ou dispersé présence de plateformes de compostage industrielle, activités agricoles céréalières et maraîchères, etc.), plusieurs solutions existent afin de gérer séparément les biodéchets.

La gestion de proximité

La gestion de proximité est réalisable aussi bien à la campagne qu’en ville. Il s’agit de proposer la gestion individuelle ou collective aux habitants d’un quartier. Cette pratique est le meilleur moyen afin de diminuer les quantités de déchets habituellement prises en charge par la municipalité. La responsabilité de leur traitement est laissée aux habitants. Elle permet une valorisation locale des biodéchets puisque le terreau produit est destinés aux jardins potagers et d’agréments ou aux espaces verts du quartier. Cette optique implique les habitants dans une démarche de tri sélectif. En France, de nombreuses collectivités encouragent le compostage en jardin en distribuant des bacs individuels pour compostage ou en installant des composteurs collectifs en « pied d’immeuble ». C’est le cas de Nantes, Rennes, Chambéry, Paris, Lyon, Montreuil, etc. Ces nombreuses expériences sont visibles sous forme de vidéos au niveau d’internet.

Facteurs de réussite d’une gestion de proximité

Le développement de composteurs individuels au niveau de jardins, cours, terrasse ou balcon est parfois le fait d’habitants avertis des questions d’écologie. Dans la plupart des cas, l’adoption plus massive de tels comportements provient d’actions de sensibilisation ou du passage à un mode de collecte des déchets au poids. Le consommateur étant touché au niveau de son porte-monaie, le changement de comportement est alors radical. Afin d’obtenir une adhésion volontaire et massive à ce type de démarche, le facteur de réussite principal reste l’accompagnement et le suivi des habitants dans la zone de pratique de tri et de compostage des biodéchets. Cet accompagnement peut être réalisé par une association locale, un prestataire de la municipalité ou les services municipaux eux-mêmes.

La participation de la municipalité est importante. Elle peut se faire également par le biais de son service des espaces verts. En effet, les habitants n’utilisent pas forcément la totalité du compost produit, le service des espaces verts peut en bénéficier pour amender les jardins publics, voire le redistribuer à des jardins familiaux. Cela concerne en particulier le cas des gros composteurs collectifs en « pied d’immeubles ». Dans le cas d’un composteur individuel on peut être étonné par le faible volume pris par les biodéchets en cours de compostage. A cela deux raisons à cette importante de volume : la diminution de leur pourcentage en eau et leur consommation régulière par les lombrics.

La gestion de proximité peut être également développée au sein d’une structure collective comme un collège, un lycée, une cité universitaire ou une entreprise. L’existence d’un espace est propice à l’installation de composteurs. Les biodéchets du restaurant universitaire de l’université de Constantine ont ainsi fait l’objet d’essai de compostage.

La collecte sélective de biodéchets

La valorisation de proximité des biodéchets est une étape importante mais elle peut être insuffisante. Elle mérite d’être complétée par d’autres moyens permettant une valorisation optimale de ces biodéchets.

La collecte sélective des biodéchets des ménages s’adresse aux territoires caractérisés par un habitat vertical dense ou par des zones d’habitat individuel dense avec de faibles surfaces de jardin et de cours. Cette collecte sélective des biodéchets des ménages n’est pas contradictoire avec la pratique du compostage individuel. Rappelons le, celui –ci, à condition d’être bien mené, est réalisable même en cas de surfaces réduites (cour, terrasse, balcon). L’étape ultime de traitement domestique des biodéchets étant le lombric-compostage très répandu en Allemagne (le lombri-composteur pouvant dans ce cas être disposé dans la cuisine). Valorisation de proximité et collecte sélective peuvent être mises en place sur différents secteurs géographiques d’une même commune.

Ainsi donc, une municipalité ne peut considérer son devoir accompli par la seule mise à disposition de composteurs individuels auprès des particuliers. Sa tâche est de proposer également la solution de la collecte sélective des biodéchets. La collecte sélective permet de récupérer plus d’une centaine de kilogrammes de biodéchets par an et par habitant dans la mesure où, en Algérie, la pratique des plats cuisinés n’est pas répandue. Outre, les biodéchets il faut également tenir compte des déchets verts, même si également à ce niveau, des actions de sensibilisation au compostage individuel sont à mener.

A l’étranger, le nombre de collectivités ayant opté pour la collecte sélective des biodéchets reste faible. Il progresse cependant. C’est le cas de plusieurs grandes agglomérations françaises comme Lille, Vittel-Contrexeville et Lorient. En Europe, plusieurs grandes villes l’ont adoptée: Turin, Barcelone, Stockholm, Berlin.

Le passage à la collecte sélective des biodéchets est une révolution technique pour une agglomération. En Algérie, cela pourrait se faire après la mise en place de la collecte sélective des emballages (verre, plastique, papiers, cartons, fer et aluminium). Cependant, outre la réduction du nombre de CET et de leur capacité que cette pratique permet de diminuer, il s’agit de tenir compte de la mobilisation d’un gisement d’amendements organique dont le secteur agricole a terriblement besoin. Cependant, ce besoin rendu encore plus urgent avec la mise en valeur des sols sableux du Sud, est peu perçu par les décideurs.

En Europe, les moyens utilisés sont variés : collecte en benne tasseuse compartimentée , collecte en sac de couleur différente dans la même benne, collecte en porte à porte, collecte à petite échelle avec plateforme de compostage décentralisée .

En résumé, il apparait qu’en matière de valorisation, un long chemin reste à parcourir. Cependant, le coût financier de réalisation de CET et l’hostilité des riverains de ces CET poussent à des solutions alternatives. Le tri sélectif avec recyclage des matériaux et compostage individuel ou collectif des biodéchets sont des solutions d’avenir. Elles sont par ailleurs créatrices d’emplois. Dans le cas des biodéchets, il s’agit de mobiliser un gisement organique face à la grave perte de fertilité des sols algériens. Des composteurs individuels peuvent être installés immédiatement par des citoyens sensibilisés. Des associations peuvent également réaliser des aménagements locaux. Quant aux pouvoirs publics, il est de leur devoir, d’étudier les dispositions législatives et matérielles nécessaires à une telle évolution. Dans tous les cas, une phase de sensibilisation intégrant des aspects culturels, sanitaires et écologiques sera nécessaire.

 

 

 

ALGERIE: Trier les déchets ménagers, un geste pour l'agriculture.

 

Certains pays européens arrivent à trier et recycler 70% des déchets ménagers, voire parfois plus pour les pays en pointe. En Algérie, l'enfouissement des déchets est la norme. Il indispose souvent les riverains par les odeurs, voire les fumées. Dans certains cas des riverains ont manifesté pour la fermeture d'une décharge ou contre l'ouverture d'un centre d'enfouissement technique. Non maîtrisée, ce procédé peut polluer les nappes phréatiques. Enfin, cette pratique a un coût élevé. Heureusement, dans certaines villes, on commence à voir apparaître quelques initiatives de collecte de plastique, papier, cartons. Le tri et le recyclage des déchets ménagers est une activité rentable étant donné le prix des matières premières. C'est également un secteur qui crée de l'emploi. Aussi étrange que cela puisse paraître, l'agriculture y a tout à gagner.

 

LES DECHETS MENAGERS, UNE SOURCE DE MATIERES ORGANIQUES.

 

En effet l'absence de tri sélectif des déchets ménagers prive l'agriculture d'un gisement considérable de matières organiques. Il faut penser aux quantités d'épluchures de fruits et de légumes, au marc de café, bref à tous ces produits décomposables mis à la poubelle par les ménages. Ces matières mises quelques mois en plateforme de compostage pourraient produire un terreau agricole très riche dont raffolent les producteurs de légumes. Car seul un sol riche en matières organiques permet aux sols de produire intensivement. Or le fumier issu de l'élevage ne suffit pas aux besoins croissants des exploitations.

 

En Algérie, les déchets urbains sont collectés à 80% soit pour 2010 une quantité de 7,8 millions de tonnes. La valorisation de la partie putrescible de ces déchets (40% à 60% en poids) permettrait de produire par compost 2 à 3 millions de tonnes d'amendements organiques, soit de quoi amender annuellement 60 000 hectares.

 

Cette démarche de faire du compost de déchets ménagers est pratiquement inexistante en Algérie. Des initiatives existent ça et là. Un centre de tri et de compostage de déchets ménagers est en cours de rénovation à Blida, un autre est en cours de construction à El Hamiz. Le compost de déchets verts se développe également. Le Jardin d'Essais d'El Hamma envisage la prochaine mise en vente de terreau agricole (30 DA/L) produit au niveau de sa plate-forme de compostage. L'Entreprise de Développement des Espaces Verts de la Wilaya d'Alger envisage d'installer 2 plates-formes de compostage suite à l'interdiction prise par les pouvoirs publics d'interdire de jeter les déchets verts dans la décharge de Oued-Smar.

 

Au Maroc, depuis plusieurs années, des industriels mettent sur le marché, des volumes conséquents d'amendements organiques. C'est le cas par exemple de la société Ecofertil dont la responsable Rajae ALAMI propose depuis 1992 toute une gamme d'amendements organiques

 

TRI SELECTIF, L'AFFAIRE DE TOUS.

 

Chacun peut également faire un geste à son niveau. Par exemple en participant aux opérations de tri sélectif quand elles existent près de chez soi. Il est également possible de prendre l'initiative d'organiser des collectes de plastique, papier, carton, verre et de se mettre en relation avec un industriel local afin qu'il les récupère. En matière de recyclage du papier et carton la société Tonic Emballage développe des circuits de collecte. Concernant le plastique des opérations de collecte se mettent en place. Elles permettent d'alimenter les ateliers de petites entreprises de recyclage du plastique. Des broyeurs y déchirent le plastique en paillettes. Celles-ci peuvent être fondues en granulés qui peuvent directement alimenter les industriels de la plasturgie. Le tri sélectif est l'affaire de tous.

 

Concernant la partie organique des déchets ménagers, les personnes possédant un jardin, une cour, un balcon, une terrasse peuvent réaliser du compost. Un bac en plastique ou en bois, un grand pot de fleurs suffissent pour commencer. En France, face au développement du ramassage des déchets au poids, des locataires ont développé le compostage « en pied d'immeuble ». Sur internet de nombreuses fiches techniques et vidéos existent.

 

Réaliser du compost à usage agricole à l'échelle d'une ville implique également de réduire les déchets susceptibles de contenir des métaux lourds comme les piles par exemple.

 

Les pouvoirs publics ont on rôle décisif. Ils peuvent orienter les acteurs économiques afin de les amener à prendre les mesures susceptibles d'assurer ces opérations de tri sélectif puis de compostage des déchets ménagers: subventions, fiscalité, réglementation, programmes scolaires. Ainsi, l'Entreprise de Développement des Espaces Verts de la Wilaya d'Alger envisage d'installer 2 plates-formes de compostage suite à l'interdiction prise par les pouvoirs publics d'interdire de jeter les déchets verts dans la décharge de Oued-Smar. Chaque cour d'école en Algérie pourrait avoir un petit carré de jardin avec un coin compost.

 

Trier ses déchets en Algérie est loin d'être un geste anodin. Ce n'est pas une quelconque mode écologique passagère. C'est en fait un moyen d'apporter aux sols une précieuse matière organique indispensable aux cultures en climat semi-aride. C'est, un geste de survie pour l'après pétrole.

 

 

ALGERIE : Plus de recyclage pour moins de CET.

 Djamel BELAID 25.12.2013 Texte paru comme commentaire sur le site ALGERIE-PATRIOTIQUE

 

A nouveau, l’actualité récente fait état de manifestations de riverains contre l’installation de Centre Technique d’enfouissement. La question de lieu où entreposer nos déchets ménagers est à nouveau posée. Mais, n’y aurait-il pas possibilité de réduire la masse de ces déchets ? A cette question, nous proposons l’approche d’un agronome. Il s’agit là de propositions concrètes que chaque citoyen peut mettre en application dès demain.

 

ETAT DES LIEUX

Le développement de l’urbanisation et du niveau de vie s’accompagne de l’augmentation considérable des déchets ménagers. Particularités de ces déchets : une forte proportion de matières organiques fermentescibles et depuis plusieurs années le développement du plastique.

Le tri sélectif à la source n’existe pratiquement pas en Algérie. Les conteneurs spécifiques individuels ou collectifs au pied des habitations destinés à recueillir plastique, fer et aluminium, papier et cartons ainsi que le verre sont rares. L’industrie du recyclage est balbutiante.

 

DES TECHNIQUES DE RECYCLAGE DIVERSEMENT DEVELOPPEES

Des techniques de collecte et de recyclage des déchets ménagers existent pourtant en Algérie. C’est le cas pour les papiers et cartons, plastiques, ferrailles, fraction organique. La technologie est maîtrisée par plusieurs acteurs économiques de grande taille comme Tonic Emballage pour le papier et cartons ou par une multitude de micro-entreprises concernant le plastique. Quant au recyclage de la fraction organique, il n’est maîtrisé que par quelques entreprises et très faiblement utilisé alors que c’est celui qui requiert le moins de moyens matériels.

 

UN RECYCLAGE DE LA FRACTION ORGANIQUE SUR SON BALCON

Le recyclage de la fraction organique des déchets ménagers est réalisable par chaque ménage. Pour s’en convaincre, il suffit de voir les vidéos consacrée au lombri-compostage tel qu’il est réalisé dans beaucoup de familles allemandes. Nous pensons, qu’au niveau des ménages algériens, il est possible de composter sur son balcon une partie des déchets organiques : épluchures de fruits et légumes, marc de café, serviettes en papier… Pour cela il suffit de les déposer dans un grand pot de fleurs avec un peu de terre au fond. A intervalle régulier, le contenu du pot est remué et peu être utilisé afin de fertiliser le pied d’un arbre ou un jardin public voire être remis dans la nature. En effets, les déchets se dessèchent et perdent du volume. Progressivement, ils sont transformés en terreau horticole. Une autre technique consiste à mettre avec la terre des vers de terre au fond du pot de fleurs. Ils contribueront à dégrader les déchets. Les personnes disposant d’une cour ou d’une terrasse peuvent utiliser un bac plus grand. Ceux disposant d’un jardin peuvent utiliser un bac sans fond, ce qui permet un meilleur accès des vers de terre.

Comme on le voit donc les techniques de compostage sont simples et variées. Différentes adaptations sont possibles selon les conditions d’habitation de chacun. Une nombreuse documentation est disponible sur internet dont des tutoriels (vidéos) très bien fait. A l’étranger, le compostage en « pied d’immeubles » se développe. La facturation du ramassage des déchets ménagers au poids est un puissant stimulant encourageant les particuliers à ce type de recyclage.

 

DES CAGES A PLASTIQUE SUR LES TROTOIRES ?

Pour la collecte du plastique, l’idéal serait la mise à la disposition des habitants de conteneurs spécifiques au pied des immeubles et des habitations. Le tri se ferait ainsi à la source. Une formule transitoire peut consister à la mise de place de conteneurs fixes dans chaque quartier ou à proximité de centres commerciaux. Ceux-ci pourraient être constitués de simples parois grillagées munies d’ouverture rondes de la taille d’une bouteille plastique. De tels conteneurs peuvent être mis en place par des associations de quartiers ou des municipalités en partenariat avec des entreprises de recyclage.

L’entreprise Tonic Emballage a réalisé des expériences de collecte grâce à des conteneurs à papier. La même chose pourrait être entreprise pour le verre. Pour les « encombrants », des bennes peuvent être disposées dans les quartiers et des déchetteries sont à ouvrir dans chaque ville. Il est faux de croire que les consommateurs ne souhaitent pas recycler leurs déchets ménagers. Il s’agit de mettre à disposition un minimum d’infrastructures de collecte afin de créer des habitudes.

 

DEFINIR DES STRATEGIES DE RECYCLAGE

Une politique de recyclage implique toute une chaîne d’intervenants motivés. A ce titre, les pouvoirs publics disposent de différents leviers. Concernant le plastique et le papier ils pourraient imposer aux industriels l’incorporation dans leurs produits d’un pourcentage minimum de matière recyclée. Concernant la mise en place des filières de collecte, une taxe recyclage pourrait être instaurée sur chaque produit de large consommation, notamment sur les bouteilles de soda et d’eau minérale. Des spots publicitaires pourraient être ainsi financés. Au niveau des immeubles, le développement des syndics de copropriétés pourraient permettre une meilleure gestion des initiatives de tri à la source. Quant aux grandes municipalités, le renforcement de leurs services municipaux par des personnels formés au compostage serait d’une grande utilité. Les programmes scolaires devraient aborder la question. Les élèves pourraient être sensibilisés en développant des exemples de fertilisation des arbres de la cour d’école à partir de marc de café recyclé. A ce propos, les fabricants de café devraient être tenus de rappeler, sur les paquets de café, la possibilité de recyclage par compostage du marc de café.

Enfin, les collectivités locales et les entreprises spécialisées dans la collecte des déchets devraient dépêcher des missions d’études à l’étranger.

 

En résumé, les CET ne sont pas un passage obligé éternel pour les déchets. En Algérie, ils pourraient être qu’une solution transitoire avant un recyclage total des déchets ménagers comme les pays européens se sont engagés à le faire. Il ne s’agit pas là de suivre une quelconque mode écologiste. Le recyclage crée de la valeur marchande et des emplois. Par ailleurs, l’environnement semi-aride algérien est particulièrement fragile. Seul le recyclage peut permettre l’élimination des risques de cancers liés à la pollution, la durabilité des activités agricoles et l’approvisionnement des consommateurs en eau de qualité. Il apparait en outre, que chacun peut contribuer à ce recyclage par des gestes individuels simples que ce soit l’instituteur ou le consommateur avec l’installation d’un mini-composteur sur son balcon ou la poursuite de démarches afin de disposer à proximité d’une « cage » pour bouteilles en plastique.

 

 

 

 

2- Essai de Valorisation des Déchets Organiques par Lombricompostage

Rev. Energ. Ren. : Production et Valorisation – Biomasse, (2001) 83-86

G. Ouahrani et 0. Rached-Mosbah
Laboratoire d’écologie, Université Mentouri, Constantine


Résumé - Les lombrics sont des petites bêtes qui ont une étonnante capacité de transformer un vulgaire
fumier ou des ordures en un produit miracle, capable de régler tous les problèmes de l’agriculture : chute de
la fertilité des sols, envahissement des cultures par les maladies et les prédateurs, etc. Avec le
‘lombricompostage’, les rendements tripleront et la nature toujours domestiquée, il est vrai, deviendra saine
et équilibrée. Ces petites bêtes ‘les vers de terreau’ semblent avoir d’autres avantages; non seulement elles
alimentent agréablement la panoplie du pêcheur, mais encore elles peuvent constituer un aliment pour le
bétail, équilibré en acides aminés et riches en acides gras. D’autre part, depuis une dizaine d’années,
différentes recherches out été entreprises utilisant les vers de terre comme outil d’action ou comme moyen de
surveillance pour réduire et contrôler les nuisances dans l’environnement propre à être mise en oeuvre.
Trois aspects sont étroitement liés: - le traitement des déchets organiques par les lombriciens
(lombricompostage), - la surveillance des contaminants dans le milieu (écotoxicologie), - la protection des
lombriciens contre des contaminants (toxicologie). Le but de ce travail est de proposer de nouvelles mesures
pour protéger l’environnement. Ainsi, nous proposons un modèle de traitement des déchets axé sur leur
valorisation par un essai de simulation de lombricompostage. Ainsi deux espèces de vers de terre ont été
testés, une connue pour ses performances de minéralisation Eisenia felida andrei et une nouvelle espèce
Hydrilus ghaneae. Les résultats obtenus, ont confirmé l’aptitude dit ‘ver de terreau’ au traitement de déchets
organiques par contre la nouvelle espèce a réagi négativement à l’essai de simulation du lombricompostage.

1. INTRODUCTION
L’homme a toujours produit des déchets. Les premières cités de Mésopotamie ont rejeté des détritus,
constituant de précieux témoignages archéologiques de l’activité humaine et de la civilisation urbaine. De même
aujourd'hui, les déchets sont les produits de l’activité humaine qui, n’ayant plus intrinsèquement d’intérêt
économique, sont rejetés hors de notre espace utile dans l’environnement. L’Algérie est confrontée de plus en
plus, au problème de gestion des déchets.
L’exemple le plus frappant est celui de la décharge de 'Ain Smara', qui reçoit tous les déchets de la ville de
Constantine et de ses environnements. Ces déchets sont évacués pêle-mêle, sans aucun traitement préalable. En
1994, 300.000 tonnes de déchets dangereux sont stockés sur le territoire national, auxquels viennent s’ajouter
180.000 tonnes de déchets annuellement produits par les secteurs publics, économiques et privés, dont 40.000
tonnes de ces déchets sont classés dans la catégorie très dangereuse [1]. La quantité de résidus urbains collectés
par les service municipaux ne dépasse guère les 60 % générés quotidiennement.
Le but de ce travail est de proposer de nouvelles mesures pour protéger l’environnement. Ainsi, nous
proposons un modèle de traitement des déchets axé sur leur valorisation par un essai de simulation de
lombricompostage.

2. MATERIELS ET METHODES
2.1 Simulation du lombricompostage
2.1.1 Etapes de l’essai
La durée de l’essai est de douze (12) semaines, il comporte :
- une étape de précompostage ou phase thermophile, qui est effectuée de 70 °C à 30 °C (5 semaines);
- une étape de lombricompostage avec une température constante de 20 °C et présence de vers de terre (7
semaines).
2.1.2 Choix des vers de terre
Nous avons choisi deux espèces de lombrics totalement différentes aussi bien dans leur morphologie que
dans leur écologie. En effet, nous avons choisi une espèce adaptée aux tas de matière organique en
décomposition, soit Eisenia fetida andrei, elle est connue par le nom de ‘ver de terreau’ ou ‘ver de compost’.
En ce qui concerne la deuxième espèce, nous avons testé la performance d’un nouveau genre Hydrilus
découvert dans le Constantinois avec l’espèce unique Hydrilus ghaneae [8].
2.2 Paramètres déterminés
Lors de notre essai de valorisation des déchets, nous avons mesuré différents paramètres physico-chimiques.
En effet, durant la simulation de lombricompostage, nous avons suivi hebdomadairement d’une part le pH, le
taux d’humidité du substrat, l’évolution du carbone et de l’azote. D’autre part, au cours de cet essai, nous avons
fait hebdomadairement le suivi de la biomasse des vers de terre, et le taux de mortalité.


3. RESULTATS ET DISCUSSIONS
Au cours de l’essai; le suivi du substrat en présence de la nouvelle espèce Hydrilus ghaneae s’est soldé par
un 'échec'. En effet, celle ci n’a pu supporter les conditions offertes à elle et nous avions observé une mortalité
de 100 % dès la première semaine et donc les résultats ne concernent que l’évolution du substrat en présence
d’Eisenia fetida andrei et du Témoin pendant tout l’essai à partir du lombricompostage (introduction des vers de
terre dans le substrat).
Ainsi, pour ce qui est de l’évolution du pH du substrat utilisé, la figure 1 montre pour les trois substrats, que
le pH est élevé pendant les trois premières semaines et tend à diminuer par la suite.
Selon Bouche, les compostages et les lombricompostage présentent un pH proche de la neutralité [3], ainsi
que Fayolle a obtenu pour un lombricompost à partir d’ordures ménagères minéralisés pendant quatre semaines à
22,5 °C en présence du ver de terreau un pH neutre de 6,7 [5].
Le lombricompost obtenu lors de notre essai à partir du substrat ayant évolué en présence d’E. fetida, (Fig. 1)
présente un pH neutre de 6,53. En revanche le substrat témoin présente un pH faiblement acide de 6,1.
Lors de la seconde étape où la température est constante à 20 °C, le pH varie entre 6,75 et 6,1 pour le témoin
et entre 6,66 et 6,53 dans le substrat E, soit un pH neutre selon la norme du Ministère Français de la
Coopération. Ainsi, nous pouvons constater que les valeurs du pH du substrat E sont tout à fait tolérables pour le
ver de terreau Eisenia fetida atidrei.
Fig. 1: Evolution du pH au cours de l’essai de
lombricompostage dans les substrats T, E et H
La figure 2 donne l’évolution du taux carbone (%) dans les trois substrats T, E, H au cours de la simulation
du lombricompostage. Ainsi, nous remarquons une diminution du taux de carbone dans les trois substrats
utilisés. La perte de carbone enregistrée est de 2,7 % en présence d’Eisenia fetida andrei; en revanche elle n’est
que de 1,9 % pour le témoin.
Biomasse : Essai de Valorisation des Déchets…

Ainsi, Bouche [5] affirme que le taux de carbone durant la simulation du lombricompostage, diminue en
général. En effet, il est perdu essentiellement par échange gazeux (CO2) durant le lombricompostage. D’autre
part la perte de carbone est plus importante en présence de lombriciens [5].
Fig. 2: Evolution du carbone au cours de l’essai de lombricompostage
La figure 3 nous donne l’évolution du taux d’azote (%) dans le substrat utilisé en présence ou absence de vers
de terre. Ainsi, nous remarquons que le taux d’azote dans le témoin est fluctuant. Par contre dans le substrat est
en présence d’Eisenia fetida andrei, le taux d’azote tend à augmenter et va vers une stabilisation. Pour
Alexander [2] et d’autres auteurs, le taux d’azote d’un substrat organique augmente lors du lombricompostage.
Effectivement, celui-ci est fixé depuis l’azote atmosphérique (N2) par les micro-organismes indigènes dans le
substrat.
Fig. 3: Evolution de l’azote (%) au cours de l’essai de lombricompostage
La figure 4 donne l’évolution du rapport C/N dans les substrats utilisés lors du lombricompostage. De
manière générale, nous pouvons constater que la baisse du rapport C/N est plus importante en présence du ver de
terreau ‘Eisenia fetida andrei’ dans le substrat E, que dans le substrat témoin T.
Pour ce qui est du rapport C/N, Bouche [3] affirme qu’une matière organique bien évoluée et stable présente
un rapport C/N entre 10 et 13. D’autre part, Fayolle [5] a obtenu à partir des ordures ménagères un
lombricompost présentant un rapport C/N égal à 13,2. Maria [7] a obtenu un lombricompost à partir d’un
substrat organique minéralisé en présence du ver de terreau présentant un C/N entre 9 et 12. Au cours de notre
essai, le rapport C/N du substrat E a considérablement diminué lors des sept dernières semaines, ainsi en 12
semaines de minéralisation, le C/N est de 11,24 en présence d’Eisenia fetida andrei. Ainsi la vitesse de
minéralisation du substrat organique est accrue en présence d’Eisenia fetida andrei.
Fig. 4: Evolution du rapport C/N au cours de l’essai de lombricompostage

Les résultats du suivi de l’accroissement de biomasse des vers de terre utilisés dans la simulation du
lombricompostage sont donnés dans la figure 5.
Il est à remarquer 1’augmentation de biomasse des vers de terre appartenant à l’espèce Eisenia fetida andrei,
durant les 7 dernières semaines de l’essai.
Fig. 5: Evolution de la biomasse (g) d’Eisenia fetida andrei au cours de l’essai
Dans notre essai, nous avons obtenu durant 7 semaines, un accroissement pondérale de 12,4 g en poids frais
avec un taux de mortalité de 6,66 %, pour une charge lombricienne de 30 vers de terre adultes pour 1500 g de
substrat organique à 20 °C.
Nos résultats concordent avec ceux obtenus par Fayolle [5]. Ils confirment effectivement l’adaptation du ‘ver
de terreau’ Eisenia feticla andrei au substrat organique en pleine décomposition.


CONCLUSION
L’essai de valorisation des déchets ménagers que nous avions effectué sur substrat organique en présence de
deux espèces lombriciennes nous permet de faire quelques conclusions.
L’Eisenia fetida andrei influe sur la vitesse de minéralisation du substrat organique, cela confirme encore
une fois la grande capacité de cette espèce épigée quant à la minéralisation de la matière organique.
Nous avons pu tester les performances du ver de terreau, qui a confirmé son adaptation vis-à-vis du substrat
organique utilisé; par un accroissement de biomasse de 12,4 g en 7 semaines et à une température de 20 °C et un
taux de durée de vie de 93,34 %. Ces résultats permettent la confirmation de la recommandation de cette espèce
pour la gestion des déchets par vermiculture.
En revanche, le test sur la nouvelle espèce Hydrilus ghaneae pour le lombricompostage s’est soldé par une
mortalité de 100 % et donc non utilisable pour le lombricompostage.
Depuis une dizaine d'années, on cherche à utiliser les vers de terre ou lombriciens comme moyen d’action ou
de surveillance contre les nuisances dans l'environnement. Ces animaux constituent aujourd’hui une armée de
nettoyeurs aux services des autorités locales, des particuliers et des industriels.


REFERENCES
[1] Anonyme, ‘Initiation à la Technique du Traitement des Eaux Usées et des Déchets Solides’, Cours d’Assainissement Urbain, Ministère
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et l’Université des Sciences et Techniques d’Alger en collaboration avec
l’université de Stuttgart. Ed. OPU, 121 p., Alger, 1980.
[2] N. Alexander, ‘Recyclage de Déchets Agro-industriels landeux : Prise en Compte des Problèmes Environnementaux et Valorisation en
Aquaculture’, Mémoire de Fin d’Etudes, 71 p., Bruxelles, 1933.
[3] M.B. Bouche, ‘Lombriciens de France, Ecologie et Systématique’, Ann. Zool. Ecol. Anim. INRA., Publication, 679 p, 1979.
[4] M.B. Bouche et al., ‘The Design of Comprehensible Urban Recycling Svstem Inoling Vermicomposting’, Manual of Vermicomposting, C.A. Edwards and D. Dindal. Eds. 9 p., 1997.
[5] L. Fayolle, ‘Etude de l’Evolution du Système Déchets – Lombriciens – Micro-organismes : Perspectives Appliquées’, Thèse Doc.Ing.,
Université Claude Bernard, Lyon I. 130 p., 1982.
[6] Document, ‘Mémento de l’Agronomie’, Ministère Français de la Coopération, 1974.
[7] J.J.C. Maria, ‘Valorisation des Effluents de Ferme par les Lombriciens’, Thèse de Doctorat, Université Paul Sabatier, Toulouse, 77 p.,
1985.
[8] J.P. Qiu, G. Ouahrani et M.B. Bouche, ‘Hydrilus, un Remarquable Nouveau Genre de Lombricidae (Annelidae, Oligocheata)’, Doc.
Pedozool. Intégrol., 4, 3, pp. 17-19, 1998.

 

 

 

 

Pour une unité de compostage artisanal à Constantine

L’utilité de création d’une unité de compostage artisanal

L’idée de création d’une unité de compostage dite « artisanale », a mûri au vu du volume et du tonnage de l’opération de désherbage qui tend à se généraliser ces dernières années à travers certains impacts de la wilaya de Constantine qu’on peut citer comme suit :

  • forêt du Mansourah
  • espaces verts et talus de l’université Mentouri, de l’université Emir Abdelkader, de la ville de Constantine…
  • produits de l’entretien des jardins publics, taille des arbres d’alignement…

Le désherbage et l’entretien des impacts ci-dessus engendre donc , une quantité importante d’herbes, bois de taille…qu’il serait inopportun d’incinérer ou d’encombrer nos décharges publiques ou le futur Centre d’enfouissement technique (CET) de Benbadis afin d’assurer à cet investissement onéreux, sa longévité.

Même nos jardins et plantations urbaines ont besoin d’être enrichis régulièrement en fumure organique d’où le compost à base de déchets des végétaux. Ce processus, s’il est adopté, c’est toute une culture de gestion de rationalité qui sera mise en place et qui concourt au développement durable et à la préservation de l’environnement.

Même, la bonne terre arable issue des travaux de terrassement pourra être récupérée et utilisée dans les projets verts.

Cette unité à créer serait sous la coupe du service des espaces verts de la commune de Constantine ou une entité commune à plusieurs APC ou à une entreprise privée selon un cahier des charges bien défini.

L’appellation de cette unité dite artisanale est bien réfléchie, car elle ne nécessitera pas d’équipements spécifiques, importés de l’étranger mais seulement d’un terrain de plus d’un hectare, hangar polyvalent, camion, tracteur, rétrochargeuse, source d’énergie, eau…

Cette unité pourra être réalisée sur le site actuel de la décharge contrôlée du 13e km route de Sétif, afin de rentabiliser cet espace après le transfert des déchets de la ville de Constantine sur le CET de Benbadis.

Aussi pour réussir ce projet, une réflexion portera sur la méthodologie à suivre dans la fabrication du compost en tenant compte de la nature des déchets, du climat et des différentes phases à suivre dans la fermentation et l’aboutissement du produit.

La mise en place de cet équipement permettra à toute structure ou citoyen de se débarrasser également dans de bonnes conditions des déchets de végétaux ou de terre végétale en sa possession. Néanmoins, ces déchets doivent être propres et dépourvus de tout corps étranger, afin que le compost produit soit garanti à son utilisation.

Cette contribution citoyenne pour la ville de Constantine et sa région concourt à l’amélioration du cadre de vie des citoyens, à la gestion rationnelle et écologique des déchets organiques, à la limitation de l’utilisation des engrais minéraux, la création de postes d’emploi durable et à l’émancipation citoyenne.

Fait à Constantine le 17 janvier 2010
par Abdelouahab Karaali

TECHNIQUE/BUSINESS

 

 

CONTACT

djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

SITE HEBERGE

PAR 1&1

www.1and1.fr?kwk=197583116

 

PUBLICITE

Vêtements femmes

 

SANTE

Soigner son diabète

 

PUBLICATIONS

Agriculture de conservation

ITGC 2015 211 pages.

 

LIENS CONSEILLES

GRDC Australie

Céréales, transfert de technologie

 

GUIDES TECHNIQUES

Super guides de cultures.

 

Le semis direct en Syrie.

Une expérience pour l'Algérie****.

 

للز ا رعة الحافظة

Construction de semoir

(aller en bas de la page)

 

Alternatives Rurales  Pratiques agricoles au Maghreb

 

New Medit

Revue agronomique

 

Entraid

Matériel agricole

 

Permaculture DZ

Site Amis de P. RAbhi

   

E L E V A G E

Conseil en élevage en Algérie

Leader Sheep

 

Elevage de cailles

Cailles dans un garage

 

OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT

Ghriss Mascara - Algérie | Un fellah fabrique une ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/r32AypUxdPg"
https://www.youtube.com/watch?v=r32AypUxdPg
o ...

Fabrication savon d'Alep

Technique artisanale.

 

 

Huile de menthe.

Principe: par distilation. Usage: bloquer la germination des pommes de terre

 

www.google.com/patents/WO2009068803A2?cl=fr

 

Semoir semis-direct:

Essai d'un prototype.

www.youtube.com/watch?v=SJcHIT7HY3c

 

 

Démarche cluster Unido * * * *

Comment développer son activité au sein d'un cluster

dans sa région. Cas de l'olive à Bouira.

www.unido.org/fileadmin/user...we.../interno_web_DEF.pdf
 
 

 

Utiliser le fumier

des élevages.

 

Production de biogaz

 

 

 

Traitement de semences

Semences de ferme.

 
www.youtube.com/watch?v=N-oqfVDvAnQ

 

 

 

How To Use A Pressure Canner

Atelier de conserves

www.youtube.com/watch?v=A-fFAlldDKM

 

How To Make Seitan - Viande végétale

www.youtube.com/watch?v=s9vHa66Bm5E

 

 

Espaces verts machine élagage taille

Elagage des arbres en ville ou en verger.

www.youtube.com/watch?v=uX3dgBNigRU

 

Contact:

www.coupeco.com/coupeco/contents/tailler_arbre_elagage/index.jsp?...

 

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

Irrigation nano

au Maroc.

 

Semoir Semis direct Irakien****

Ras Ar-Rumuh - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/pS1yuxCH844"
www.youtube.com/watch?v=pS1yuxCH844
 

 

Grass Farmer 1414 - YouTube

Pour semer la jachère pâturée

Vidéo pour "https://youtu.be/plIp8DTJFKM"
https://www.youtube.com/watch?v=plIp8DTJFKM
 

 

Aquatrad Subsurface Drip System

www.youtube.com/watch?v=-DBdZ1XvRAo

 

 

ACTU ENTREPRISES

 

Vidéo pour "http://youtu.be/OPMTbk9vTIQ"
www.youtube.com/watch?v=OPMTbk9vTIQ

 

Tapis et revêtements (Algerian Bovines)

www.youtube.com/watch?v=fHrLyufuxCI

 

 

C O U P  DE C O E U R

قناة الشروق - تقنية البذر المباشر ITGC - semis ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/xI254EcfDzs"
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=xI254EcfDzs

 

Crème au chocolat - chef iatto tv - YouTube

"Danettes" au lait de soja et agar-agar

Vidéo pour "https://youtu.be/Vdch6K-mP9M"
www.youtube.com/watch?v=Vdch6K-mP9M

 

 

 

Engrais céréales

Solution Profert Azosul

 

 

 

 

Agrumes intensifs

Conseils de Mohamed MAYOUF

 

 

 

Désherbage bio - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/q7Wyv0uTfp8"

www.youtube.com/watch?v=q7Wyv0uTfp8

 

 

Betterave sucre au Maroc

Barak Allah oufik Si Abdeslam.

 

www.youtube.com/watch?v=Cecv09YiipI

 

 

SITES .FR

Arvalis

 

Oléagineux

 

SITES .DZ

www.crstra.dz

www.inpv.dz

 www.itgc.dz

 

LE SITE.

Ce site vise à réaliser une veille technologique concernant l'agriculture en milieu semi-aride. Nous proposons ainsi de réaliser un transfert de technologie. Beaucoup d'agriculteurs et agronomes sont à l'origine de techniques innovantes, nous essayerons de mieux les faire connaître.

 

L'auteur de ce site est un ingénieur agronome ayant travaillé sur le terrain en Algérie (Batna) et en France (Oise). Passionné d'agronomie et d'une curiosité insatiable, il se propose d'être un "passeur de savoir".

ps: les contributions externes sont les bienvenues.


Mot d'ordre du site

"Une idée nouvelle par jour".

 

Nombre connexions:

100 000         en 2014

200 000 le 15.03.2015

300 000 le 13.09.2015

400 000 le 28.02.2016

500 000 le 07.07.2016

600 000 le 05.02.2017

700 000 le 02.07.2017

Merci pour votre intérêt.