R E A L I S A T I O N S

 

L'Actinidia. Kiwi

www.youtube.com/watch?v=Bw5KVJ_xQLQ

 

 

Batna ,grande pepiniere

www.youtube.com/watch?v=pCEC1nYBH-M


 

Plantations de kiwi (Blida).

 


www.youtube.com/watch?v=CSjkh_sqEQs

 

 

1 - L’entreprise de conditionnement de l’huile Ifri Olive part à la conquête du marché chinois. El Watan 23/01/2012

Après avoir exporté, depuis 1996, ses huiles au Canada, en Afrique du Sud, en France, en Suisse, aux Emirats arabes unis et au Sénégal, cette entreprise implantée à Ouzelaguen, (Béjaïa) part à l’assaut de l’empire du Milieu. Ifri Olive, un des trois opérateurs qui exportent l’huile d’olive à Béjaïa, a déployé toute une stratégie en amont et en aval pour muscler l’offre à l’export.
Cette marque a participé, en septembre 2011, au salon de Guangzhou, en Chine. La participation à cet événement s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle stratégie lancée pour découvrir de nouveaux débouchés à l’export. Et le paquet a été mis pour séduire un pays qui a été désigné par le Conseil oléicole international comme étant l’un des marchés les plus prometteurs. La Chine aurait importé 30.000 tonnes d’huile d’olive, en 2010.

C’est la première entreprise à prospecter le juteux marché chinois où toutes les attentions y sont tournées. «Nos produits ont réussi à séduire. Nous comptons désormais sur un partenaire chinois qui a d’ores et déjà lancé un site internet dédié à notre marque en chinois. Les potentialités sont exponentielles», affirme Zahir Kemiche, gérant de l’entreprise. L’huile d’olive peut devenir un bon filon susceptible de booster les exportations algériennes hors hydrocarbures. Pour l’heure, elles restent pourtant dérisoires. «Nous sommes en pleine phase d’apprentissage, de prospection et d’analyses sur le terrain compliqué et rude de l’exportation», estime cet opérateur. Il s’agit désormais de trouver les leviers et comprendre les accès aux marchés extérieurs», dit-il. Triste réalité, la majorité de l’huile d’olive produite en Algérie est une huile lampante, donc déclassée à cause de son acidité. Ifri Olive a décidé de changer la donne et de redorer l’image de l’huile algérienne à l’étranger. Commercialiser l’huile d’olive algérienne à l’étranger n’est pas une mince affaire. «A chaque salon, (Allemagne, Marseille…), les clients nous disent que notre huile a un bon goût, et qu’elle est fruitée.

Mais pour produire une telle huile, il faut que le processus de fabrication soit respectueux des normes de qualité», affirme M. Kemiche. Les entreprises algériennes ne sont pas rodées à l’export. Le marché à l’exportation est difficile. Parmi les contraintes liées à l’export, M. Kemiche évoque «l’éparpillement et la non-structuration de l’offre locale.» Aussi, ce chef d’entreprise souligne que «même si les opérations d’exportation sont exonérées des droits de douane et d’impôts et même si le paiement se fait par anticipation, les exportateurs algériens de l’huile d’olive sont loin de satisfaire les quotas qui leur sont réservés dans les accords d’associations». «Les pays européens se protègent trop», relève M. Kemiche qui souligne une contrainte: une pratique protectionniste exercée par les pays européens: «l’instauration de la note organoleptique.» «Un jury de dégustation peut à tout moment juger que la qualité du produit n’est pas bonne.» «Face à un tel verdict sans appel, l’exportateur se retrouve désarmé, car il ne peut pas confronter ce verdict avec une autre appréciation d’un jury algérien. Où est le jury de dégustateurs qui a été formé par l’institut technique de l’arboriculture fruitière (ITAF) ?», cet opérateur oléicole.

La promotion de l’exportation d’huile d’olive conditionnée est l’un des principaux défis de la filière oléicole algérienne. Une stratégie a été mise en place par un instrument d’aide: M. Kemiche souligne l’«aide appréciable du Fond de promotion des exportations». Les exportateurs réclament «un fonds de promotion de l’huile d’olive conditionnée et un financement des opérations d’intérêt public visant à faire connaître davantage le produit algérien, à travers des campagnes de promotion et la commercialisation au profit des entreprises privées.»

D’autres opérateurs déplorent «une faible aide à l’export consentie par le Fonds de soutien et de la promotion des exportations (FSPE), pour couvrir les frais de transport et des expositions dans les foires internationales.» Qui des prix pratiqués à l’export ? «Cette année, les prix ont flambé et le marché sera difficile à l’export, mais on restera présents pour subsister», confie M. Kemiche. Et pour mieux résister, il faut innover. L’entreprise a développé toute une gamme de nouveaux produits à base d’huile d’olive destinés à l’export : du thon à l’huile d’olive, de la salade aux piments (Hmis), du fromage à l’huile d’olive avec son partenaire Ramdy et bien d’autres produits du terroir. Aussi, M. Kemiche note une grande demande à l’export en grignon, sous produit de la trituration des olives utilisé comme biocarburant. Pour mener à bien ce processus d’innovation M. Kemiche affirme tirer beaucoup profit des «aides appréciables assurées par les universités de Béjaïa ,Tizi Ouzou, le centre de recherche scientifique et technique en analyse physico-chimiques (CRAPC) de l’université de Bab Ezzouar et le Centre algérien du contrôle de la qualité et de l’emballage (le CACQE).»

 

2 - Au pied du mont Chelia, une commune qui ne vit que par et pour; la pomme.

Des arbres ploient sous le poids des fruits
© El Watan 6.10.2012

Dans ce petit bourg planté au milieu d’une minuscule vallée à la végétation luxuriante, toute l’économie locale repose sur la pomme, ce fruit providentiel.

La récolte de la pomme bat son plein dans les Aurès en cette fin septembre, qui voit l’été se prolonger indéfiniment. Sur la route d’Arris à Inoughissen, le long d’une étroite vallée creusée par l’Ighzer Amellal qui descend du mont Chelia, perché à 2328 m d’altitude, une succession de vergers bien entretenus laissent voir aux passants des arbres ployant sous le poids des fruits, jusqu’à toucher l’herbe tendre. Cette année s’annonce déjà comme un millésime exceptionnel.
La route qui mène vers Inoughissene est parsemée de gigantesques nids- de-poule et le bitume, dont elle fut un jour recouverte n’est plus qu’un lointain souvenir. Dans ce petit bourg des Aurès planté au milieu d’une minuscule vallée à la végétation luxuriante, toute l’économie locale repose sur ce fruit providentiel. Dans l’unique rue du village se trouvent des garages remplis de cageots débordant de fruits multicolores. L’air est saturé de senteurs fruitées.

Des petits tracteurs, qui ont fini de pousser à la retraite les traditionnelles bêtes de somme des montagnes que sont les baudets, acheminent la production des uns et des autres pour la mettre à l’abri. Ici, on ne vit que par et pour la pomme. Négociants et acheteurs viennent des quatre coins d’Algérie pour faire leurs achats. Et pour cause, en quelques décennies, la région s’est offert le statut de capitale nationale de la pomme. Les efforts d’une poignée de pionniers, le climat ainsi que la disponibilité d’une excellente eau de source ont rendu ce miracle économique possible. Peu à peu, la réputation d’excellence de la pomme de la région a fini par s’imposer. Kamel, la quarantaine, agriculteur de son état et président d’une association de producteurs, voudrait bien nous parler de la production de la pomme dans la région, mais il ne peut avancer aucun chiffre, aucune statistique. «Ici, c’est la pomme qui fait vivre tout le monde. Inoughissene c’est la pomme et la pomme c’est Inoughissene», dit-il et tout est dit.

1970, les premiers pommiers ...

Chef-lieu de commune, Inoughissene, dont le nom berbère (anou ghiss, inoughissene, au pluriel), réfère à des puits profonds ou à des grottes, relève de la daïra d’Ichmoul. Situé à 30 km d’Arris et à 60 de Batna. C’est dans les années 1970 que les premiers pommiers ont été plantés. Depuis, le succès de cette introduction n’a fait que se confirmer. Mais malgré l’importance de la production, qui augmente d’année en année, le développement de cette filière est resté à l’état embryonnaire. C’est à peine si l’Etat a apporté une aide en réalisant quelques forages. Il a d’ailleurs fallu attendre un projet de l’Union européenne pour réaliser une piste d’accès aux vergers et des canaux d’irrigation courant sur les flancs de Ighzer Touchent, où se trouvent la plupart des jardins.

C’est là que nous nous rendons pour voir les agriculteurs à l’œuvre. Cette petite vallée de vergers en terrasses est un véritable jardin d’Eden, où la paix n’est troublée que par le chant de l’eau et celui des oiseaux. Cachés sous les épaisses frondaisons des arbres, on entend les hommes et les femmes qui s’affairent à récolter les fruits, mais on ne les voit pas. Le vert des arbres met encore plus en valeur les couleurs éclatantes des fruits gorgés d’eau et de sucre. Au plus profond de l’Ighzer, Azzedine récolte en famille. Panier à la main, en équilibre sur deux branches de pommier, même sa vieille maman est de la partie. On choisit les pommes les plus mûres, on les cueille délicatement dans un saut avant de les verser dans des cageots en plastique qui sont ensuite hissés à dos d’homme jusqu’à la piste surplombant le verger.

Azzedine va stocker toute sa production dans un garage de sa maison et attendre que la pomme «tourne», qu’elle mûrisse pleinement. Il vendra aux acheteurs qui se présenteront, à condition que le prix soit bon, sinon il louera un moyen de transport et écoulera sa marchandise dans les marchés de Chelghoum Laïd, Annaba ou ailleurs. Azzedine ne vit que de ça. Il possède 140 arbres à Ighzer Touchent et 200 autres à Lemsara Ouled Saâdoune. Cette année, il escompte une production aux alentours de 62 quintaux. «Je ne suis pas riche, mais je gagne bien ma vie et le plus important dans tout ça est que je suis mon propre patron. Je suis libre», dit-il, en bon montagnard qui tient jalousement à son indépendance.

Atouts de charme

Avant l’arrivée de la pomme, Azzedine vivotait sur son lopin de terre à cultiver des pommes de terre, quelques légumes, un peu d’orge et quelques épis de blé. Quelques chèvres, quelques moutons venaient améliorer l’ordinaire de ces paysans, qui s’échinaient à refaire les mêmes gestes que leurs ancêtres installés dans cette région depuis la nuit des temps. Les traces de canaux d’irrigation, creusés à même la roche, existent encore ça et là. Ghaffour, Hakim, Daha et Mehdi, dit Géronimo, qui nous accompagnent dans cette aventure bucolique, connaissent bien la région. Les silex, pointes de flèche et autres matériaux archéologiques, qu’ils ont dénichés dans les nombreuses grottes qui truffent cette région, prouvent que la présence en ces lieux de l’homme remonte au moins à la préhistoire. Le fantôme de Messaoud Ugzelmad, le fameux bandit d’honneur des Aurès, natif de la région, rôde encore dans ses gorges encaissées où coule une eau de source aussi pure que cristalline.

La beauté sauvage des lieux en fait une destination idéale pour un tourisme écologique respectueux de l’environnement. Les touristes pourraient profiter de randonnées pédestres tout en s’approvisionnant en fruits et légumes, lait et miel de qualité. Hamid Saoudi, habitant d’Inoughissene, qui a tenu également à nous accompagner dans ce périple, est tout à fait conscient des atouts de charme de sa région, mais tout reste à faire. La région est terriblement isolée, loin de tout. Aucun média, aucune télévision ne s’aventurent jusqu’ici. Même cette pomme nourricière ne bénéficie d’aucune publicité par l’organisation d’une fête ou d’une foire. On produit de la bonne pomme et on la vend comme on peut. Tout le reste est littérature. Les pouvoirs publics n’ont pas encore pensé à accompagner le développement d’un créneau économique qui peut tirer la région de son sous-développement et son isolement.

Les producteurs, que nous avons rencontrés, espèrent tous une prise en charge de leurs problèmes pour… Si la pomme a un jour valu à l’homme d’être chassé du jardin de l'Eden, elle pourrait aujourd’hui faire des Aurès un nouvel eldorado.
Djamel Alilat

 

السُّنَنية - زراعة أشجار المانجو من البذر‬‎ - YouTube Mangues

www.youtube.com/watch?v=AFgLIgSkpCs
16 sept. 2013 - Ajouté par Ahmad Al Shoura
http://www.alshoura.org. الزراعة السُّنَنيَّة - كيفية زراعة أشجار المانجو ابتداءاً من بذرة الفاكهة التي أكلتها إلى أن تكبر، ثم طريقة نقلها في قصاري زرع ...

 

RECOLTE DE MYRTILLES.

 

SIDE MOUNT BLUEBERRY HARVESTER

www.youtube.com/watch?v=-mPe0nW5SmQ
13 août 2012 - Ajouté par mckibbenmfg

 

 

Planteuse RZS-2 

www.youtube.com/watch?v=yRz9zLFmMYA
18 août 2010 - Ajouté par Larix Fr
planteuse RZS-2, fabriqué par http://www.larix.fr

Filet Alt'Carpo anti insecte 7 x 4 m - Direct Filet Jardin (FR)

jardin.direct-filet.com/filet-alt-carpo-anti-insecte-7m-x-4m.html
AUTRES

TECHNIQUE/BUSINESS

 

 

CONTACT

djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

SITE HEBERGE

PAR 1&1

www.1and1.fr?kwk=197583116

 

PUBLICITE

Vêtements femmes

 

SANTE

Soigner son diabète

 

PUBLICATIONS

Agriculture de conservation

ITGC 2015 211 pages.

 

LIENS CONSEILLES

GRDC Australie

Céréales, transfert de technologie

 

GUIDES TECHNIQUES

Super guides de cultures.

 

 

للز ا رعة الحافظة

Construction de semoir

 

Alternatives Rurales  Pratiques agricoles au Maghreb

 

New Medit

Revue agronomique

 

Entraid

Matériel agricole

 

Permaculture DZ

Site Amis de P. RAbhi

   

E L E V A G E

Conseil en élevage en Algérie

Leader Sheep

 

Elevage de cailles

Cailles dans un garage

 

OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT

Ghriss Mascara - Algérie | Un fellah fabrique une ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/r32AypUxdPg"
https://www.youtube.com/watch?v=r32AypUxdPg
o ...

Fabrication savon d'Alep

Technique artisanale.

 

 

Huile de menthe.

Principe: par distilation. Usage: bloquer la germination des pommes de terre

 

www.google.com/patents/WO2009068803A2?cl=fr

 

Semoir semis-direct:

Essai d'un prototype.

www.youtube.com/watch?v=SJcHIT7HY3c

 

 

Démarche cluster Unido * * * *

Comment développer son activité au sein d'un cluster

dans sa région. Cas de l'olive à Bouira.

www.unido.org/fileadmin/user...we.../interno_web_DEF.pdf
 
 

 

Utiliser le fumier

des élevages.

 

Production de biogaz

 

 

 

Traitement de semences

Semences de ferme.

 
www.youtube.com/watch?v=N-oqfVDvAnQ

 

 

 

How To Use A Pressure Canner

Atelier de conserves

www.youtube.com/watch?v=A-fFAlldDKM

 

How To Make Seitan - Viande végétale

www.youtube.com/watch?v=s9vHa66Bm5E

 

 

Espaces verts machine élagage taille

Elagage des arbres en ville ou en verger.

www.youtube.com/watch?v=uX3dgBNigRU

 

Contact:

www.coupeco.com/coupeco/contents/tailler_arbre_elagage/index.jsp?...

 

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

Irrigation nano

au Maroc.

 

Semoir Semis direct Irakien****

Ras Ar-Rumuh - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/pS1yuxCH844"
www.youtube.com/watch?v=pS1yuxCH844
 

 

Grass Farmer 1414 - YouTube

Pour semer la jachère pâturée

Vidéo pour "https://youtu.be/plIp8DTJFKM"
https://www.youtube.com/watch?v=plIp8DTJFKM
 

 

Aquatrad Subsurface Drip System

www.youtube.com/watch?v=-DBdZ1XvRAo

 

 

ACTU ENTREPRISES

 

Vidéo pour "http://youtu.be/OPMTbk9vTIQ"
www.youtube.com/watch?v=OPMTbk9vTIQ

 

Tapis et revêtements (Algerian Bovines)

www.youtube.com/watch?v=fHrLyufuxCI

 

 

C O U P  DE C O E U R

قناة الشروق - تقنية البذر المباشر ITGC - semis ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/xI254EcfDzs"
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=xI254EcfDzs

 

Crème au chocolat - chef iatto tv - YouTube

"Danettes" au lait de soja et agar-agar

Vidéo pour "https://youtu.be/Vdch6K-mP9M"
www.youtube.com/watch?v=Vdch6K-mP9M

 

 

 

Engrais céréales

Solution Profert Azosul

 

 

 

 

Agrumes intensifs

Conseils de Mohamed MAYOUF

 

 

 

Désherbage bio - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/q7Wyv0uTfp8"

www.youtube.com/watch?v=q7Wyv0uTfp8

 

 

Betterave sucre au Maroc

Barak Allah oufik Si Abdeslam.

 

www.youtube.com/watch?v=Cecv09YiipI

 

 

SITES .FR

Arvalis

 

Oléagineux

 

SITES .DZ

www.crstra.dz

www.inpv.dz

 www.itgc.dz

 

LE SITE.

Ce site vise à réaliser une veille technologique concernant l'agriculture en milieu semi-aride. Nous proposons ainsi de réaliser un transfert de technologie. Beaucoup d'agriculteurs et agronomes sont à l'origine de techniques innovantes, nous essayerons de mieux les faire connaître.

 

L'auteur de ce site est un ingénieur agronome ayant travaillé sur le terrain en Algérie (Batna) et en France (Oise). Passionné d'agronomie et d'une curiosité insatiable, il se propose d'être un "passeur de savoir".

ps: les contributions externes sont les bienvenues.


Mot d'ordre du site

"Une idée nouvelle par jour".

 

Nombre connexions:

100 000         en 2014

200 000 le 15.03.2015

300 000 le 13.09.2015

400 000 le 28.02.2016

500 000 le 07.07.2016

600 000 le 05.02.2017

700 000 le 02.07.2017

Merci pour votre intérêt.