ALGERIE: LES CULTURES ASSOCIEES EN GRANDES CULTURES.

2 pieds de pois chiche aux racines avec des pH de 4-5 autour d'un pied de blé au pH de 6-7.

 Djamel BELAID Ingénieur Agronome. Enseignant chercheur. djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

 

Traditionnellement, les pratiques agricoles consistent à ne cultiver qu'une seule culture par parcelle. On cultive du blé, des pois chiche ou des fèves dans des champs séparés. Depuis quelques années se développe la technique des cultures associées: blé associé à un pois protéagineux par exemple. A la moisson, on récolte blé et pois ensemble mais un tri des graines permet ensuite de séparer chacune des espèces. Des travaux réalisés dans le sud de la France montrent que les grains de blé durs d'un blé mené en cultures associées sont plus riches en azote et protéines qu'un blé cultivé tout seul.

 

LE BLE, UNE CULTURE QUI AIME LA COMPAGNIE

 

Cette technique des cultures associées est connue des agricultures Algériens qui produisent des fourrages de vesce-avoine. Mais, la révolution qui pointe consiste à étendre cette pratique à des cultures destinées aussi à l'alimentation humaine.

 

Déjà les essais des agronomes fleurissent: blé et pois-chiche, blé et lupin ou maïs et fèverole. Les exemples sont nombreux selon l'imagination des agronomes australiens, indiens ou chinois.

 

Jusqu'à présent les essais de cultures associées visaient l'association d'une céréale et d'une légumineuse dans le seul but de réduire l'utilisation d'engrais azotés. En effet, les légumineuses ont la capacité de fixer l'azote de l'air. Durant leur croissance, elles en libèrent une partie dans le sol. Si on cultive du blé à proximité d'une légumineuse, ce dernier peut donc profiter de l'azote assimilable qui se retrouve à proximité de la légumineuse.

 

Récemment des agronomes se sont rendus compte que la céréale ne bénéficiait pas seulement de la capacité de la légumineuse à fixer l'azote mais aussi de sa capacité à favoriser les prélèvements du phosphore du sol.

 

« P FOR TWO ».

 

Depuis partout dans le monde les recherches vont bon train. C'est que l'enjeu est de taille. En effet, les réserves de phosphates mondiales sont limitées et certains économistes parlent d'un épuisement d'ici une cinquantaine d'années. On pourrait rétorquer que les agriculteurs Algériens ne sont pas concernés par ce risque d'épuisement. En effet, comme pour le gaz, l'Algérie possède d'énormes réserves de phosphates. Mais, il y a un autre problème qui fait que les cultures associées sont un atout pour l'agriculture locale. La majorité de nos sols sont calcaires. Or, le calcaire a la redoutable capacité de bloquer le phosphore apporté par les engrais. Dans les sols les plus riches en calcaire, le Pr Fardeau (France) a montré que ce blocage des engrais phosphatés peut être une affaire de quelques semaines. D'autres travaux montrent qu'en cas de déficit hydrique, le taux réel d'utilisation de l'engrais phosphaté ne dépasse pas 15%. C'est le cas du superphosphate majoritairement utilisé localement. Depuis peu, un nouveau type d'engrais: le di-ammonium phosphate (DAP) est disponible sur le marché. L'association d'ammonium confère un effet acidifiant au DAP et retarde l'effet de blocage du calcaire du sol. Un essai de l'IDGC comparant sur blé le super phosphate 45 et le di-ammonium de Phosphate montre un avantage de 18 qx/ha pour ce dernier.

 

Cependant, la flambée des engrais phosphatés sur le marché mondial se répercute localement; ces engrais coûtent de plus en plus chers. Par ailleurs, la faiblesse actuelle des rendements céréaliers en culture non irriguée ne permet pas toujours de les rentabiliser. Les cultures associées deviennent donc une solution séduisante. Il devient inutile d'apporter des engrais azotés et phosphatés sur les cultures.

 

Il existe certes une pratique agronomique qui consiste à alterner annuellement les cultures sur une parcelle. De tout temps, les agriculteurs ont remarqué qu'un blé qui suivait une légumineuse ou une prairie produisait plus. Il y a en effet un adage répandu en Europe: « Veux-tu du blé ? Fais des prés ». Les céréaliculteurs locaux connaissaient bien l'effet des jachères pâturées. Avant l'introduction du désherbage chimique et de l'actuelle forte pression de l'élevage ovin, les résidus des légumineuses pâturées telles le medicago permettaient un fort enrichissement du sol en azote et en phosphore. Le pâturage de la jachère permettait de réduire le risque de forte infestation en mauvaises herbes pour la culture de blé qui suivait.

 

Cependant dans le cas des cultures associées l'effet des racines de la plante accompagnant la céréale est parfois éphémère. Aussi, seule la technique d'associer deux culture peut permettre de profiter de cet effet parfois fugace de la rhizosphère. Le chercheur français Hinsinger résume cet intérêt mutuel par la boutade: « P for two ».

 

DES RESULTATS PROMETTEURS.

 

De nombreux essais en laboratoire sont mis en place de par le monde. Ces dernières années, des ingénieurs agronomes chinois ont publié les résultats de leurs travaux. Ils sont époustouflants. Le Pr Long Li et ses collègues obtiennent des rendements en hausse de 49% lorsqu'il associent du maïs à de la féverole.

 

Associé à la féverole le maïs produit jusqu'à 129 quintaux par hectare. Si on remplace la féverole par du blé, le rendement de maïs n'est plus que de 92 quintaux. L'engrais phosphaté devient inutile, voire même nocif: à la dose de 112 kg, le rendement baisse même à 109 quintaux.

 

D'autres associations permettent également des améliorations de rendement: blé et lupin, blé et pois-chiche.

 

Dans le cas de l'association maïs-féverole l'explication de la meilleure disponibilité du phosphore dans un sol pourtant pauvre en phosphore facilement assimilable vient de trois types d'interactions qui se produisent dans la rhizosphère.

 

Les racines des féverole provoque une acidification de la rhizosphère qui rend assimilable le phosphore du sol auparavant bloqué. Afin de montrer cet effet, les promoteurs de cette technique ont mis des racines de féverole au contact d'un marqueur d'acidité. Et contrairement aux racines du maïs, la couleur apparue indique nettement une acidité marquée autour des racines de féverole.

 

Par ailleurs, ses racines secrètent des acides carboxyliques qui dissolvent les formes de phosphore insolubles. Enfin, les racines sont capables de produire des enzymes telle des phosphatases qui accélèrent la transformation du phosphore organique en phosphore assimilable par les racines. Cela a été particulièrement observé chez le pois-chiche.

 

DES PERSPECTIVES ALGERIENNES

 

Ces résultats agronomiques offrent des perspectives certaines à l'agriculture algérienne.

 

Il est à espérer que la recherche agronomique locale permettra de confirmer les meilleures associations possibles dans les conditions algériennes. En effet, selon les sols, les espèces et les variétés, les résultats escomptés peuvent varier. Ainsi, le lupin blanc qui présente une très forte capacité à mobiliser le phosphore du sol ne s'adapte pas aux sols trop calcaires. Des programmes d'amélioration génétiques à travers le monde visent à sélectionner des variétés tolérantes. La prospection du territoire nationale afin de trouver des écotypes tolérants reste à faire. Idem, concernant les variétés de céréales locales ayant tout le temps vécu sur des sols à fort pouvoir fixateur de phosphore et ayant pu développer des stratégies de résistance telles un système racinaire particulièrement développé permettant ainsi de mieux prélever le phosphore du sol.

 

La féverole, bien connue des agriculteurs Algériens, offre un candidat idéal pour une association avec le blé. Idem concernant le pois chiche et les remarquables capacité de sa rhizosphère à mobiliser le phosphore du sol.

 

Il faut encore voir à quelle dose et comment semer deux espèces différentes sur une même parcelle et surtout comment régler la moissonneuse-batteuse afin de les récolter ensemble. Sans parler des questions de maîtrise des mauvaises herbes durant la culture associée.

 

Les cultures associées offrent une opportunité contre un mal récurent des sols Algériens consacrés aux céréales: la carence des sols en phosphore. Solution que l'agriculture « moderne » grosse consommatrice d'engrais ne sait résoudre.

 

Lateleagricole.net : l'association Céréale-Lupin

 

lateleagricole.net/recherche_chaine.php?rubrique=2...


 

 

Djamel Belaïd, ingénieur agronome
«L’agriculture passe à côté du progrès technique».

 

Entretien à L'ECO-NEWS.20 sept. 2013

 

  Spécialiste des productions agricoles et fin connaisseur des contraintes auxquelles est confrontée l’agriculture algérienne en y menant d’importants travaux de recherche, cet ingénieur agronome s’étale, dans l’entretien qui suit, sur la nécessité et l’urgence pour les filières de large consommation de s’orienter vers l’innovation et l’adaptation des nouvelles techniques culturales. Faute de quoi l’agriculture algérienne est condamnée à rester indéfiniment loin du progrès atteint par de nombreux pays voisins.

L’Eco : depuis la mise en œuvre de la politique de renouveau agricole, plusieurs mesures ont été prises afin de booster les filières de large consommation. Le nouveau mécanisme a-t-il porté ses fruits ?

Djamel Belaïd : Pour ne citer que le cas des céréales, il faut savoir que de nouvelles techniques sont de plus en plus appliquées dans le domaine de l’intensification agricole. Ce qui ne se fait pas encore en Algérie. A titre d’exemple, on cultive souvent l’orge toute seule. Il faut apporter des quantités d’engrais et herbicides. Effet des modes occidentales sur notre agronomie. Si on regarde vers la Chine, il apparait que depuis 2000, les agriculteurs dans ce pays associent deux cultures dans un même champ, chacune apportant un bienfait à l’autre.

Peut-on en savoir davantage sur ce nouveau procédé ?

En Algérie, comme dans beaucoup de pays, les champs sont d’une monotonie désespérante. Ils ne sont semés que d’une seule espèce, blé, orge, lentille, féverole, pois, etc. Or, depuis quelques années, des agronomes européens, australiens ou chinois proposent de ne plus cultiver séparément les cultures mais de les associer par deux ou trois dans les champs. Ils proposent de cultiver du blé dur en même temps que de la féverole ou du pois. L’intérêt est de profiter des interactions entre plantes et donc d’apporter moins d’engrais. Cette pratique existe depuis plus de 2000 ans en Chine, qui compte 25 millions d’hectares de cultures associées. La première idée qui vient à l’esprit concerne le devenir de la récolte. Que faire de grains de blé dur qui seraient mélangés à du pois ou de la féverole ? Les adeptes de cette méthode ont une réponse : le tri mécanique des graines après récolte. Il est vrai que dès que des graines ont deux ou trois fois la taille de celles de blé, et c’est le cas du pois-chiche, du pois ou de la féverole, il est très facile de les séparer en les faisant passer à travers une grille.

Mais cette nouvelle technique exigerait des coûts supplémentaires en matière de fertilisation et de traitement phytosanitaire. Pensez-vous que les agriculteurs algériens sont en mesure de répondre à de telles exigences ?

Cette technique de cultures associées ne demande aucun effort supplémentaire de fertilisation ou de traitement, comme beaucoup le laissent croire. Bien au contraire, elle permet même de réduire les coûts à ce niveau. Parce que les légumineuses ont la capacité de fixer l’azote de l’air, elles ne requièrent donc pas de fertilisation azotée. L’apport d’engrais azotés est même parfois nocif. A forte dose, ils retardent le développement sur les racines des nodosités fixatrices d’azote. Une petite dose d’azote est cependant parfois conseillée pour aider au démarrage de la culture. Quant aux engrais phosphatés, de récents travaux montrent que leur utilisation peut être réduite en cas d’association avec une légumineuse. Celles-ci peuvent acidifier la rhizosphère, ce qui permet une meilleure absorption du phosphore par limitation du risque de blocage. Dans certains cas, l’acidité créée par les racines peut même permettre de mobiliser du phosphore jusque-là dégradé par contact avec le calcaire du sol.

Quelle est la position de l’agriculture algérienne vis-à-vis de ces nouvelles techniques ?

Malheureusement, l’agriculture algérienne reste à côté d’une révolution technique qui se dessine à travers le monde, celle des cultures associées. Dans le cas des exploitations à bas niveau d’intrants, cette pratique a toute sa place. Elle améliore le rendement et le taux de protéines du blé dur sans même que soit apporté de l’engrais lorsque blé et pois protéagineux sont semés ensemble. Elle améliore la fertilisation P alors que le prix de ces engrais flambe du fait de la demande mondiale et de distributeurs locaux parfois peu scrupuleux. Mais surtout, les cultures associées permettent une meilleure utilisation de l’engrais phosphaté qui, du fait du fort pouvoir fixateur du sol, n’est utilisé qu’à 15% par les plantes. Bien menées, les cultures associées peuvent être un moyen de maîtrise de la flore adventice. Cela peut être un atout pour les petites exploitations ne disposant pas de pulvérisateurs. Divers travaux montrent que les cultures associées améliorent la marge brute à l’hectare. On peut le comprendre aisément puisque les postes engrais et herbicides sont réduits à leur plus simple expression.

Mourad Allal

 

 

  1.  

    www.lafranceagricole.fr › VidéosReportages

 

  1.  

    www.youtube.com/watch?v=w6s-YTBQC38
    2 déc. 2013 - Ajouté par La France Agricole
  2. Reportages agricoles -

    www.youtube.com/playlist?list=PL7ACFE6856D5F7D46
    Tous les reportages de la France Agricole. ... Marne, qui, après être passé au semis direct sous couvert, teste depuis quatre ans la technique du colza associé.
  3. Colza et céréale associés aux légumineuses - Agriculture de ...

    agriculture-de-conservation.com/Colza-et-cereale-associes-aux.html
    Que peut-on gagner à cultiver un colza ou une céréale associé à une légumineuse ? Un meilleur état du sol, une fertilisation allégée et même une meilleure ...

TECHNIQUE/BUSINESS

 

 

CONTACT

djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

SITE HEBERGE

PAR 1&1

www.1and1.fr?kwk=197583116

 

PUBLICITE

Vêtements femmes

 

SANTE

Soigner son diabète

 

PUBLICATIONS

Agriculture de conservation

ITGC 2015 211 pages.

 

LIENS CONSEILLES

GRDC Australie

Céréales, transfert de technologie

 

GUIDES TECHNIQUES

Super guides de cultures.

 

Le semis direct en Syrie.

Une expérience pour l'Algérie****.

 

للز ا رعة الحافظة

Construction de semoir

(aller en bas de la page)

 

Alternatives Rurales  Pratiques agricoles au Maghreb

 

New Medit

Revue agronomique

 

Entraid

Matériel agricole

 

Permaculture DZ

Site Amis de P. RAbhi

   

E L E V A G E

Conseil en élevage en Algérie

Leader Sheep

 

Elevage de cailles

Cailles dans un garage

 

OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT

Ghriss Mascara - Algérie | Un fellah fabrique une ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/r32AypUxdPg"
https://www.youtube.com/watch?v=r32AypUxdPg
o ...

Fabrication savon d'Alep

Technique artisanale.

 

 

Huile de menthe.

Principe: par distilation. Usage: bloquer la germination des pommes de terre

 

www.google.com/patents/WO2009068803A2?cl=fr

 

Semoir semis-direct:

Essai d'un prototype.

www.youtube.com/watch?v=SJcHIT7HY3c

 

 

Démarche cluster Unido * * * *

Comment développer son activité au sein d'un cluster

dans sa région. Cas de l'olive à Bouira.

www.unido.org/fileadmin/user...we.../interno_web_DEF.pdf
 
 

 

Utiliser le fumier

des élevages.

 

Production de biogaz

 

 

 

Traitement de semences

Semences de ferme.

 
www.youtube.com/watch?v=N-oqfVDvAnQ

 

 

 

How To Use A Pressure Canner

Atelier de conserves

www.youtube.com/watch?v=A-fFAlldDKM

 

How To Make Seitan - Viande végétale

www.youtube.com/watch?v=s9vHa66Bm5E

 

 

Espaces verts machine élagage taille

Elagage des arbres en ville ou en verger.

www.youtube.com/watch?v=uX3dgBNigRU

 

Contact:

www.coupeco.com/coupeco/contents/tailler_arbre_elagage/index.jsp?...

 

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

Irrigation nano

au Maroc.

 

Semoir Semis direct Irakien****

Ras Ar-Rumuh - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/pS1yuxCH844"
www.youtube.com/watch?v=pS1yuxCH844
 

 

Grass Farmer 1414 - YouTube

Pour semer la jachère pâturée

Vidéo pour "https://youtu.be/plIp8DTJFKM"
https://www.youtube.com/watch?v=plIp8DTJFKM
 

 

Aquatrad Subsurface Drip System

www.youtube.com/watch?v=-DBdZ1XvRAo

 

 

ACTU ENTREPRISES

 

Vidéo pour "http://youtu.be/OPMTbk9vTIQ"
www.youtube.com/watch?v=OPMTbk9vTIQ

 

Tapis et revêtements (Algerian Bovines)

www.youtube.com/watch?v=fHrLyufuxCI

 

 

C O U P  DE C O E U R

قناة الشروق - تقنية البذر المباشر ITGC - semis ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/xI254EcfDzs"
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=xI254EcfDzs

 

Crème au chocolat - chef iatto tv - YouTube

"Danettes" au lait de soja et agar-agar

Vidéo pour "https://youtu.be/Vdch6K-mP9M"
www.youtube.com/watch?v=Vdch6K-mP9M

 

 

 

Engrais céréales

Solution Profert Azosul

 

 

 

 

Agrumes intensifs

Conseils de Mohamed MAYOUF

 

 

 

Désherbage bio - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/q7Wyv0uTfp8"

www.youtube.com/watch?v=q7Wyv0uTfp8

 

 

Betterave sucre au Maroc

Barak Allah oufik Si Abdeslam.

 

www.youtube.com/watch?v=Cecv09YiipI

 

 

SITES .FR

Arvalis

 

Oléagineux

 

SITES .DZ

www.crstra.dz

www.inpv.dz

 www.itgc.dz

 

LE SITE.

Ce site vise à réaliser une veille technologique concernant l'agriculture en milieu semi-aride. Nous proposons ainsi de réaliser un transfert de technologie. Beaucoup d'agriculteurs et agronomes sont à l'origine de techniques innovantes, nous essayerons de mieux les faire connaître.

 

L'auteur de ce site est un ingénieur agronome ayant travaillé sur le terrain en Algérie (Batna) et en France (Oise). Passionné d'agronomie et d'une curiosité insatiable, il se propose d'être un "passeur de savoir".

ps: les contributions externes sont les bienvenues.


Mot d'ordre du site

"Une idée nouvelle par jour".

 

Nombre connexions:

100 000         en 2014

200 000 le 15.03.2015

300 000 le 13.09.2015

400 000 le 28.02.2016

500 000 le 07.07.2016

600 000 le 05.02.2017

700 000 le 02.07.2017

Merci pour votre intérêt.