Utilisation des pluies estivales
En plein mois d'août, il arrive qu'il pleuve. Ce sont les orages d'été. Nous proposons de recenser différentes techniques pour profiter de cette eau en cultures fourragères (1ère partie).
BrochurePluiesEstivalesCourt.pdf
Document Adobe Acrobat [441.8 KB]

P R O D U C T I O N S

F O U R R A G E R E S  E N  A L G E R I E .

 

SYSTEMES FOURRAGERS EN ALGERIE, PRODUIRE MALGRE LE DEFICIT HYDRIQUE

D. BELAID 7.6.2014

Le contexte local est marqué par une forte demande en produits animaux, notamment laitiers. La production fourragère locale est nettement insuffisante. Le déficit est estimé à 4 milliards d’unités fourragères. Depuis quelques années, on note une réelle intensification des productions fourragères. Nous nous proposons d’analyser les systèmes fourragers et les perspectives d’amélioration.

 

UN ETAT DES LIEUX DES FOURRAGES

Les prix rémunérateurs en production laitière incitent les éleveurs à l’intensification fourragère : installation de kit d’aspersion, introduction du sorgho fourrager ou de la luzerne. On note l’introduction, certes encore limitée, de l’enrubannage sous forme d’ensilage de maïs.

De nombreux élevage laitiers sont en hors sol ou ne disposent pas de surface fourragères suffisantes ; d’où des apports de paille et de foin extérieurs à l’exploitation pour compléter l’aliment concentré.

A la demande en fourrages pour l’élevage laitier se greffe la forte demande en fourrages pour l’élevage ovin.

 

UN ETAT DES LIEUX DES CONDITIONS PEDO-CLIMATIQUES

L’un des principaux obstacles à la production fourragère vient du climat qui provoque un déficit hydrique saisonnier. En zones littorales, ce déficit est plus restreint qu’en zone semi-aride ; cependant les fortes chaleurs estivales constituent un frein à la croissance des plantes. A contrario, en hiver la douceur des températures permet la poursuite des productions fourragères. Les sols sont en général profonds. Un bémol cependant, les superficies sont limitées et sont en régression du fait d’une absence d’une politique cohérente d’aménagement du territoire.

Les zones semi-arides comprennent 7 millions d’hectares. Les surfaces fourragères comprennent essentiellement du foin de vesce-avoie, de l’orge grain et de la jachère pâturée. Les sols sont moins profonds. Leur faible taux en matières organiques du sol réduit leur fertilité et leur capacité de rétention en eau.

 

ZONES SEMI-ARIDES, POUR DES SYSTEMES FOURRAGERS MIEUX ADAPTES AU DEFICIT HYDRIQUE

Le maïs ensilage constitue une ressource de choix en élevage laitier. Cependant les forts besoins en eau limitent son extension. Il pourrait convenir dans les cas d’irrigation : kit d’aspersion, enrouleurs, goutte à goutte ou goutte à goutte enterré.

Le sorgho grain ensilé, une alternative au maïs ensilé. Beaucoup plus économe en eau, le sorgho s’avère un candidat de choix pour l’ensilage. Il présente des performances approchant celles du maïs ensilage (LEGARTO 2000).

Des travaux menés en France, à Lusignan, montrent que les quantités journalières de lait produites par des vaches alimentées en maïs ensilage ou sorgho ensilage sont pratiquement identiques : 30 kg lait/j. Seule les quantités ingérées varient : 17 kg MS/j concernant le maïs contre 19,9 kg MS/j pour le sorgho (EMILE et al 2006).

Par ailleurs, la diversité des variétés de sorgho permet également de réaliser des coupes en vert et d’assurer un affouragement durant la saison estivale.

Les céréales immatures, une option possible contre la sécheresse estivale. En zone semi-aride, l’étendue des superficies permet d’envisager l’exploitation de céréales immatures pour des fourrages sans trop handicaper la production de céréales. En effet, cela pourrait s’envisager sur les parcelles traditionnellement en jachère[1]. En année sèche, il serait possible de convertir une partie des superficies emblavées en céréales en foin ou en ensilage

Les céréales immatures permettent une régularité de rendement supérieure à tout autre fourrage en sec. Lorsque la décision de conduire ces parcelles vers une récolte sous forme de fourrage est prise dès le semis, c’est toute une stratégie qui peut être alors mise en ouvre : choix de parcelles riches en mauvaises herbes afin de bénéficier de l’effet nettoyant pour la culture suivante, apport d’amendements organiques sans craindre un éventuel échaudage du fait d’une minéralisation brutale et d’un fort apport en azote, implantation en mode semis-direct sans désherbage total préalable.

La technique de l’enrubannage convient bien à ce mode d’association. Il permet notamment la récolte de l’ensemble des folioles de la légumineuse contrairement à ce qui est obtenu lors d’une récolte en foin. Les ensilages de céréales immatures présentent une valeur nutritive élevée (LE GALL et al. 1998).

Les associations de céréales et légumineuses sont particulièrement intéressantes. Elles améliorent la qualité des fourrages. Du fait de leur capacité de fixation de l’azote atmosphérique, les légumineuses contribuent à la nutrition azotée de la céréale. Outre la classique association vesce-avoine, on peut penser à des mélanges triticales-pois fourrager ou orge-pois fourragers. En Tunisie est testée l’association sulla-avoine.

De telles associations profitent de la période hors déficit hydrique. Un choix variétal adéquat peut permettre une concordance de maturité des deux espèces et une implantation rapide avant le froid hivernal.

Les foins récoltés permettent la constitution de réserves hivernales.

La luzerne est une solution intéressante afin de valoriser les sols les plus profonds. La plante possède en effet un système racinaire puissant et profond. On lui choisira donc des parcelles lui permettant d’exprimer tout son potentiel.

Les foins sont délicats à réaliser surtout pour la première coupe. Aussi, on peut penser à  la technique de l’enrubannage. Elle peut permettre une récolte plus facile et de meilleure qualité (LE GALL al., 1993). L’association à la luzerne d’une graminée (dactyle ou fétuque) peut permettre d’améliorer la fenaison (LAVOINNE et PERES 1993). La maîtrise de l’enrubannage et de la fenaison de la luzerne peut permettre de délocaliser sa production depuis les zones d’élevage vers des zones de grandes cultures. L’avantage pour ces dernières étant de diversifier leur assolement et de bénéficier de la réduction des coûts en fumure azotée.

L’extension de la période de pâturage. En milieu semi-aride, à part au printemps, du fait du climat, il existe peu de pâturage à l’herbe. Au printemps, il s’agit le plus souvent de prairies naturelles. Or, il existe d’autres possibilités. Il s’agit de la période automnale. Les températures sont alors clémentes comparées à celles de l’hiver. Le facteur limitant à la croissance est l’eau. Il existe une pratique traditionnelle qui peut être améliorée. Il s’agit de la pâture de « l’orge en vert ». Fin août, des éleveurs ensemencent de petites surfaces espérant d’éventuels orages qui assureraient une levée rapide. D’autres pratiquent l’irrigation. Le développement de kit d’irrigation permet certes de développer cette pratique mais aussi d’envisager d’autres fourrages. Dans le cas du colza fourrager, des implantations sous irrigation sont possibles dès septembre. La levée et la croissance sont rapides. Il est alors possible d’obtenir un fourrage à pâturer jusqu’aux premières gelées.

STRATEGIES EN MILIEU ARIDE

Le milieu aride présente un avantage incomparable : des températures clémentes en hiver permettant une pousse des fourrages. Cependant, il y a bien entendu l’obligation d’irrigations continues. Se pose ainsi, la question de la mobilisation d’une eau souterraine souvent fossile et présentant une concentration en sels.

Dans les oasis existent des systèmes traditionnels durables où sont présents sorgho et luzerne. Le développement du goutte à goutte et l’utilisation de l’eau recyclée à partir de station d’épuration ou provenant de foggaras permet d’imaginer des systèmes fourragers de taille moyenne. Les sols sableux exigent des amendements organiques réguliers afin de mieux valoriser l’irrigation.

Références bibliographiques.

EMILE J.C., AL RIFAI M., CHARRIER X., LE ROY P., BARRIERE Y. 2006. Grain sorghum silages as an alternative to irrigated maize silages. Proc. XXI Europ. Grassl. Fd., Badajoz (Spain), 80-82.

LAVOINNE M., PERES M. 1993 Intérêt des associations fourragères graminées-luzerne pour économiser la fumure azotée. Fourrages. 134, 259-267.

LE GALL A., CORROT G., CAMPAGNAUD M., GARRIGUE G. 1993 L’enrubannage, une technique pour optimiser la récolte de la luzerne. Fourrages. 134, 234-250.

LE GALL A., DELATTRE J-C., CABON G., 1998 Les céréales immatures et la paille : une assurance pour les systèmes fourragers. Fourrages, 156,557-572.

LEGARTO J., 2000 L’utilisation en ensilage plante entière des sorghos grains et sucriers : intérêts et limites pour les régions sèches. Fourrages. 163,323-338.

 

[1] Le semis direct est une option pour ensemencer plus vite les parcelles sans tout en réduisant les frais d’implantation.

 

DEFICT EN PROTEINES.

Nous connaissons un grave déficit fourrager.
Voyons comment fait la France face à son déficit en protéines.

http://www.planproteines.org

 

CHICHE, L'ASSOCIATION SULLA-AVOINE A LA PLACE DE VESCE-AVOINE?

 

En zone sub-humide tunisienne, intérêt de l'association avoine-sulla (Hedysarum coronarium) : premiers résultats

Paru en 1987 dans Fourrages n°109 (page 41 à 51)

Auteurs : Ben Taâmallah S.

 

Résumé :

En Tunisie, le foin de vesce-avoine (Vicia villosa-Avena sativa) est très développé mais les rendements de cette association sont forts médiocres : en moyenne 3,5 à 4,0 t M.S./ha, en raison des techniques de culture et d'un mauvais équilibre de l'association.
Un essai, mis en place par l'Ëcole Supérieure d'Agriculture de Moteur, en climat "sub-humide", permet de comparer cette association avec l'association avoine-sulla (Hedysarum coronarium). 3 variétés d'avoine sont testées.
Des apports de fumier et de phosphate sont effectués 4 mois avant le semis et la fertilisation azotée s'élève à 100 kg/ha.
Contrairement à la vesce, plus tardive et de tige moins vigoureuse, la croissance du sulla n'est pas entravée par celle de l'avoine. Les rendements atteints sont supérieurs avec le sulla: 8 à 10 t M.S./ha pour l'avoine-sulla et 4,5 à 7,5 t M.S./ha pour la vesce-avoine. Bien que la teneur en matières azotées digestibles du sulla soit relativement faible, leur production à l'hectare est la plus élevée avec l'association avoine-sulla. Le stade optimum de récolte de l'association avoine-sulla semble être l'épiaison de l'avoine. 

Télécharger l'article

 

ALGERIE, ENSILAGE MAÏS.

la société AgroPlus propose l'enrubanage de

balles de maïs fourrage.

http://youtu.be/Kn7AT00w6Bs

TECHNIQUE/BUSINESS

 

 

CONTACT

djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

SITE HEBERGE

PAR 1&1

www.1and1.fr?kwk=197583116

 

PUBLICITE

Vêtements femmes

 

SANTE

Soigner son diabète

 

PUBLICATIONS

Agriculture de conservation

ITGC 2015 211 pages.

 

LIENS CONSEILLES

GRDC Australie

Céréales, transfert de technologie

 

GUIDES TECHNIQUES

Super guides de cultures.

 

Le semis direct en Syrie.

Une expérience pour l'Algérie****.

 

للز ا رعة الحافظة

Construction de semoir

(aller en bas de la page)

 

Alternatives Rurales  Pratiques agricoles au Maghreb

 

New Medit

Revue agronomique

 

Entraid

Matériel agricole

 

Permaculture DZ

Site Amis de P. RAbhi

   

E L E V A G E

Conseil en élevage en Algérie

Leader Sheep

 

Elevage de cailles

Cailles dans un garage

 

OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT

Ghriss Mascara - Algérie | Un fellah fabrique une ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/r32AypUxdPg"
https://www.youtube.com/watch?v=r32AypUxdPg
o ...

Fabrication savon d'Alep

Technique artisanale.

 

 

Huile de menthe.

Principe: par distilation. Usage: bloquer la germination des pommes de terre

 

www.google.com/patents/WO2009068803A2?cl=fr

 

Semoir semis-direct:

Essai d'un prototype.

www.youtube.com/watch?v=SJcHIT7HY3c

 

 

Démarche cluster Unido * * * *

Comment développer son activité au sein d'un cluster

dans sa région. Cas de l'olive à Bouira.

www.unido.org/fileadmin/user...we.../interno_web_DEF.pdf
 
 

 

Utiliser le fumier

des élevages.

 

Production de biogaz

 

 

 

Traitement de semences

Semences de ferme.

 
www.youtube.com/watch?v=N-oqfVDvAnQ

 

 

 

How To Use A Pressure Canner

Atelier de conserves

www.youtube.com/watch?v=A-fFAlldDKM

 

How To Make Seitan - Viande végétale

www.youtube.com/watch?v=s9vHa66Bm5E

 

 

Espaces verts machine élagage taille

Elagage des arbres en ville ou en verger.

www.youtube.com/watch?v=uX3dgBNigRU

 

Contact:

www.coupeco.com/coupeco/contents/tailler_arbre_elagage/index.jsp?...

 

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

Irrigation nano

au Maroc.

 

Semoir Semis direct Irakien****

Ras Ar-Rumuh - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/pS1yuxCH844"
www.youtube.com/watch?v=pS1yuxCH844
 

 

Grass Farmer 1414 - YouTube

Pour semer la jachère pâturée

Vidéo pour "https://youtu.be/plIp8DTJFKM"
https://www.youtube.com/watch?v=plIp8DTJFKM
 

 

Aquatrad Subsurface Drip System

www.youtube.com/watch?v=-DBdZ1XvRAo

 

 

ACTU ENTREPRISES

 

Vidéo pour "http://youtu.be/OPMTbk9vTIQ"
www.youtube.com/watch?v=OPMTbk9vTIQ

 

Tapis et revêtements (Algerian Bovines)

www.youtube.com/watch?v=fHrLyufuxCI

 

 

C O U P  DE C O E U R

قناة الشروق - تقنية البذر المباشر ITGC - semis ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/xI254EcfDzs"
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=xI254EcfDzs

 

Crème au chocolat - chef iatto tv - YouTube

"Danettes" au lait de soja et agar-agar

Vidéo pour "https://youtu.be/Vdch6K-mP9M"
www.youtube.com/watch?v=Vdch6K-mP9M

 

 

 

Engrais céréales

Solution Profert Azosul

 

 

 

 

Agrumes intensifs

Conseils de Mohamed MAYOUF

 

 

 

Désherbage bio - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/q7Wyv0uTfp8"

www.youtube.com/watch?v=q7Wyv0uTfp8

 

 

Betterave sucre au Maroc

Barak Allah oufik Si Abdeslam.

 

www.youtube.com/watch?v=Cecv09YiipI

 

 

SITES .FR

Arvalis

 

Oléagineux

 

SITES .DZ

www.crstra.dz

www.inpv.dz

 www.itgc.dz

 

LE SITE.

Ce site vise à réaliser une veille technologique concernant l'agriculture en milieu semi-aride. Nous proposons ainsi de réaliser un transfert de technologie. Beaucoup d'agriculteurs et agronomes sont à l'origine de techniques innovantes, nous essayerons de mieux les faire connaître.

 

L'auteur de ce site est un ingénieur agronome ayant travaillé sur le terrain en Algérie (Batna) et en France (Oise). Passionné d'agronomie et d'une curiosité insatiable, il se propose d'être un "passeur de savoir".

ps: les contributions externes sont les bienvenues.


Mot d'ordre du site

"Une idée nouvelle par jour".

 

Nombre connexions:

100 000         en 2014

200 000 le 15.03.2015

300 000 le 13.09.2015

400 000 le 28.02.2016

500 000 le 07.07.2016

600 000 le 05.02.2017

700 000 le 02.07.2017

Merci pour votre intérêt.