ALGERIE, COMPOST ET BRF (BOIS RAMEAL RAMIFIE).

 

Chantier Compostage

Vous avez là une vue d'un chantier et du matériel à acheter pour développer cette activité.

Mettre ensuite le composte (une fois criblé, c'est à dire tamisé) en sac:

- de 10 litres,

- big bag,

- ou en vrac

pour la vente.


www.youtube.com/watch?v=ZOJsP8CXfeI

 

استعمال بقايا مسحوق القهوة كسماد لتربة‬‎ - Le marc de café, un fertilisant bio

www.youtube.com/watch?v=chn9vDa51KU

 

La société Violleau se lance dans les granulés organiques

10 septembre 2013 Marie-Dominique Guihard Réussir Grandes Cultures.

À La Ronde en Deux-Sèvres, l’entreprise Violleau vient d’ouvrir une nouvelle usine de granulation d’engrais organique.


D’une capacité de 32 000 tonnes, le nouveau site industriel de la société Violleau, baptisée Limon, fabriquera une gamme de granulés composée de divers intrants (fiente, compost végétal, cacao, farine de plume, fumier de volailles ou de bovins) ajoutés ou non à des minéraux. Violleau s’appuie sur l’expertise du laboratoire LCA de la Rochelle pour la formulation. Des formules avec ajout de complexes bactériens sont en cours d’expérimentation.


La distribution s’effectue uniquement via les coopératives ou les négoces. « Nous voulons développer le marché en grandes cultures, maraîchage, arboriculture et viticulture, affirme Thierry Marolleau, président de Violleau. Notre potentiel de fertilisation, avec les produits compostés que nous vendons déjà depuis 1994, correspond à 100 000 hectares. » Il ajoute : « La gamme Vio+ apporte une solution pratique adaptée à tous les épandeurs. Elle permet de stimuler la fertilité des sols et l’activité microbienne, d’accélérer la disponibilité des nutriments et d’augmenter la capacité de rétention des sols. » Le projet a démarré en 2011, suite à l’entrée au capital, à hauteur de 50 %, de la filiale française Akiolis du groupe belge Tessenderlo, spécialisé notamment dans la valorisation des déchets organiques.


Une fabrique à la demande


La fabrication de granulés nécessite un bâtiment imposant, d’une hauteur de 22 mètres. Les ingrédients sont stockés, pesés et véhiculés par des élévateurs à godet en haut de la tour. Ils sont soumis alors à plusieurs opérations. Après le broyage, ils sont mélangés puis transportés par godet vers la presse pour en faire des granulés. Ils sont ensuite refroidis et transportés vers les cellules de stockage.


L’autre métier de Violleau : le compostage


Jusqu’à présent, Violleau était connu pour ses composts, une gamme de 7 produits déclinés essentiellement pour les cultures spécialisées. En septembre 2013, une nouvelle gamme de compost pour amendement verra le jour. Fabricant environ 45 000 tonnes de compost par an sur deux plates-formes dont l’une, située au siège de Violleau, est la plus importante de France.

Par ailleurs, la société s’investit "pour faire un site exemplaire par son panel d’activités en phase avec le respect de l’environnement". Violleau est producteur d’énergie verte avec 10 000 m2 de panneaux photovoltaïques correspondant à l’énergie consommée de 320 foyers. Une éolienne sera bientôt installée sur le site. Et parmi les autres investissements, le parc de poids lourds est aux normes environnementales Euro5, un plan a été mis en place pour diminuer les pesticides des espaces verts du site, des échangeurs d’air double flux sont installés dans les bâtiments d’exploitation, et les big bags sont recyclés ainsi que tous les papiers.

 

B O I S  R A M E A L  F R A G M E N T E

Nous entamons le passionnat dossier "BRF". Etant donnée la faible disponibilité en fumier et paille pour constituer des amendements organiques, nous pensons que c'est un matériau d'avenir.

 

BRF EN ALGERIE (à la minute 25).

A la minute 25 de la vidéo, il est question de BRF au Jardin d'Essais d'El Hama.

En fait le BRF produit sert à faire du compost.
Remarquez la hauteur du tas de compost. Elle est trés grande et ne se prête pas à un retournement mécanique régulier. La technique des andains (voir les vidéos sur cette rubrique) est préférable. Elle semble être utilisée par EDEVAL Alger.

 

Sur la vidéo de Bionoor illustrant la production d'huiles essentielles, on voit sur la vidéo à 1'13 un engin (marque Menart 4300 SP) pour retourner les andains de compost. A notre connaissance, c'est le seul appareil existant en Algérie. Lien: http://youtu.be/uwmXG4fwFGE


www.youtube.com/watch?v=pZnyY0tuplM

 

Le BRF et l'aggradation * * * * *

 

Vidéo exceptionnelle. La technique du BRF, modalités pratiques. A développer en Algérie où les sols sont pauvres en matière organique.

www.youtube.com/watch?v=3hQ1AymcWws

 

 

Le BRF, une perspective d'avenir * * * *

Un passionné parle du BRF.

Remarque: personnellement, je suggère en grande culture le mélange du BRF au sol à faible dose, non pas comme ici en plantation ornementale où la couche de BRF est de plusieurs cm.


www.youtube.com/watch?v=YTAIF2RYWcU


 

 

Fabrication B.R.F en Garrigue


www.youtube.com/watch?v=lERkHIupoHY

 

 

 

Broyeur de branches RABAUD : XYLOMIX

www.youtube.com/watch?v=c8FOz2Shcr4

 

Compadrue - Plates-formes de compostage

Voila le type d'activité à développer en Algérie.


www.youtube.com/watch?v=--RDD3DgXYs

 


 

BRF: PRODUIRE DE L'HUMUS A MOINDRE FRAIS.

Djamel BELAID 18.12.2013 Contribution parue dans le blog "Paysans d'Algérie" El Watan.

 

En Algérie les sols maraichers et ceux de grande culture requièrent des apports considérables de matière organique (M.O.). En effet, en se décomposant celle-ci permet d'apporter au sol de l'humus, véritable éponge retenant eau et éléments nutritifs. Cependant, les sources locales de M.O (fumier et paille) sont limitées. Le bois raméal fragmenté (BRF) pourrait constituer une alternative à ce grave déficit.

 

 

LES SOURCES POSSIBLES DE BRANCHAGES

La technique d'utilisation du bRF est récente. Elle est d'abord apparue au Canada puis s'est développée en Europe. On y compte d'ardents défenseurs de cette forme d'amendements organiques*. Produire du BRF nécessite de trouver des branchages et de les broyer en copeaux qui sont ensuite mélangés au sol. La matière première est avant tout les branchages des espaces publics et privés des villes. Combien de fois ceux-ci sont brulés car trop encombrant. Le carbone de ces branchages qui pourrait donner cet humus qui manque tant à nos sol, se perd alors sous forme de fumée.

 

Les branchages des arbres et arbustes bordant les routes constituent une autre source considérable, de même que celle des forêts et maquis. Pour produire du BRF en quantités industrielles, il s'agit donc de disposer de grandes quantités de branchages. La solution pourrait passer par des plantations. Cela peut concerner différents espaces en ville ou à la campagne. Les terrains non utilisés par l'agriculture pourraient ainsi être rentabilisés: terrains caillouteux ou en pente, ravins. Afin d'optimiser la croissance de ces plantations, il est possible d'utiliser l'eau des stations d'épuration des eaux usées notamment celle en lagunage et les boues résiduaires issues de ces mêmes stations.

 

 

LES ESPECES POUR PRODUIRE DU BRF

Il n'y a pas de limites quant aux espèces à utiliser pour produire du BRF: arbres, palmiers, arbustes, roseaux, buissons. Les résineux produisent un BRF acide. Mais cela n'est pas un obstacle étant donné la nature calcaire des sols en Algérie.

 

Pour une production de masse, outre l'utilisation des plantations actuelles, il s'agit d'en développer de nouvelles. Ces plantations seraient à raisonner en fonction des étages bioclimatiques. En climat aride, les palmes des palmiers dattiers sont intéressantes. En climat semi-aride, une espèces comme Ailanthus** pourrait s'avérer appropriée du fait de sa dissémination aisée et de croissance rapide.

 

On peut également penser à récupérer les palettes en bois. Une production de BRF pourrait s'accompagner de l'incorporation de cartons déchiquetés et de papier. Ceux sont essentiellement constitués de cellulose.

 

Dans l'étage sub-humide, le choix est beaucoup plus large. Outre les végétaux des villes, on peut penser à l'utilisation des roseaux.

 

Les forêts et garrigue peuvent constituer d'importants gisements de production de BRF. De même que l'utilisation de maquis afin de produire du BRF rentre dans le cadre des opérations de débroussaillages indispensables pour réduire les risques d'incendies.

 

DES OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT.

En matière de BRF, la législation algérienne est particulièrement intéressante. Elle interdit la mise en décharge des déchets verts au niveau des CET. L'aspect législatif pourrait être développé en ce qui concerne le monde agricole. En effet, une autre source de branchage pourrait provenir des indispensables haies que devraient développer les agriculteurs contre le ruissellement des eaux de pluies. De telles plantations pourraient devenir obligatoires pour tout agriculteur bénéficiant de subventions de la part des pouvoirs publics. Les producteurs de lait et de céréales pourraient faire l'objet d'un suivi afin d'obtenir un label « agriculture durable » conditionnant le versement de subventions.

 

Le matériel nécessaire à la production de BRF est simple. Il suffit d'un broyeur mécanique de branches d'arbres. De jeunes entrepreneurs bénéficiant des crédits de l'Ansej pourraient développer ces activités de production de BRF.

 

QUELLES UTILISATIONS DU BRF?

En Algérie, les fortes températures associées à l'humidité (pluie ou irrigation) détruisent rapidement l'humus du sol. Il se produit une minéralisation dès que les températures sont clémentes et que les bactéries du sol disposent d'un minimum d' humidité.

 

C'est particulièrement le cas en maraichage, notamment en culture de pomme de terre irriguée mais aussi en grande culture dans le cas de la culture de blé avec irrigation d'appoint. La situation est aggravée par le fait qu'il n'y a pas de restitutions organiques. Les fanes de pommes de terres apportent peu d'humus. Quant aux pailles et chaumes des céréales, elles sont réservées aux moutons. Il ne reste donc plus que le BRF comme source potentielle d'humus pour les sols Algériens.

A noter que dans le cas de la mise en valeur en zone saharienne le BRF peut être d'un grand apport. En effet, les sols sahariens sont constitués essentiellement de sable. L'argile, le limon et l'humus sont pratiquement inexistants. Résultats, des sols « passoires » qui ne retiennent ni eau ni engrais. Un BRF adapté aux conditions locales pourrait permettre de reconstituer un sol agricole. Les palmes des palmiers dattiers constituent à cet égard un matériau de choix.

 

En résumé, si l'agriculture algérienne manque de sources d'amendements organiques, les perspectives d'amélioration de la fertilité des sols sont bonnes. Le récent développement de l'élevage bovin mais surtout le BRF constituent des gisements intéressants. Si l'emploi du fumier de ferme est quelque peu limité par l'absence de matériel de manutention (fourches avant des tracteurs), l'emploi du BRF reste confidentiel. Seuls le jardin d'Essais d'El Hamma*** et l'Etablissement de Développement des Espaces Verts d'Alger (EDEVAL) possède des broyeurs. Il est à espérer que la filière agricole prenne en main le développement de cette nouvelle technique essentielle pour la fertilité des sols.

 

NOTES:

(*) Selon Marc-Antoine Deprat l'emploi de BRF représente un art de vivre http://youtu.be/YTAIF2RYWcU

(*) Mohammedi Halima, Labani Abderrahmane and Benabdeli Khéloufi 2006

Essai sur le rôle d’une espèce végétale rustique pour un développement durable de la steppe algérienne. Développement durable et territoires.

(**) (http://youtu.be/pZnyY0tuplM à la minute 25)

 

Le « bois raméal fragmenté », un outil pour doper les sols en matières organiques

Matthieu Archambeaud, TCS n°37 - Mars / avril / mai 2006 -


Télécharger le document
(PDF - 288.9 ko)

Stabilité structurale des sols, rétention en eau, stockage de nutriments, activation biologique… Les matières organiques, et tout particulièrement l’humus, sont un pilier majeur des systèmes de production durables. Le manque de matières organiques stables dans les sols, ou plutôt leur disparition progressive, est au coeur de la problématique économique et environnementale de l’agriculture, mais également l’un des principaux freins à la réussite des techniques de conservation des sols. Bien sûr, la simplification, en réduisant la fragmentation et l’oxygénation de la couche arable, est un moyen direct d’éviter une consommation excessive de matières organiques. Cependant réduire leur consommation n’est pas synonyme de croissance. De plus, même si la pratique des couverts végétaux en interculture ou encore la diversification des rotations permet d’augmenter et de diversifier la biomasse produite sur l’année, les taux de matières organiques progressent parfois trop peu ou trop lentement. En réponse à cette problématique, une technique canadienne, faisant appel aux ressources forestières et bocagères, pourrait apporter des solutions.

Au Canada, l’abondance des déchets issus de l’industrie forestière a suscité des recherches sur leur utilisation en agriculture comme amendement organique, et a donné des résultats intéressants tant en termes de structure des sols que de fertilisation, et plus récemment encore en termes de lutte intégrée. Le principe est simple : un broyat de branches d’arbres de faible diamètre (bois raméal fragmenté ou BRF) est épandu frais, puis incorporé aux premiers centimètres de sol. Depuis 2002, en Belgique, des essais [1] sont réalisés au Centre des technologies agronomiques de Strée, et concernent sept hectares. Dans ce cadre, le BRF a montré un intérêt tant agronomique qu’environnemental. Il apparaît comme un outil essentiel dans la gestion des problématiques actuelles que sont la lutte contre l’érosion, la rétention des nitrates, la biodiversité et la fertilité biologique des sols. Cette solution simple a également l’avantage d’être économique, puisque la matière première peut être produite sur l’exploitation ou récupérée dans l’environnement proche.

Stimuler la vie du sol

En stimulant fortement la vie du sol, le BRF joue un rôle essentiel dans son amélioration et la lutte contre son érosion. Après incorporation, le BRF est rapidement colonisé par les micro-organismes du sol. Les pionniers sont les champignons qui se nourrissent de la cellulose et de l’hémicellulose. Grâce aux enzymes puissants qu’ils sécrètent dans la solution du sol, ils sont les seuls capables de dégrader la lignine. Le résultat est une structuration rapide et efficace de l’horizon de surface par les champignons  : tissage du sol par les hyphes (filaments blancs qui constituent le corps des champignons et peuvent représenter 50 % à 60 % de la biomasse vivante dans le sol hors racines) mais également production de substances collantes telles que la glomaline. Au-delà d’une simple activité fongique, le processus de décomposition des BRF profite à l’ensemble de la vie du sol et stimule ainsi tous les réseaux alimentaires, depuis les bactéries jusqu’aux plantes en passant par les vers de terre et les insectes. L’accroissement de l’activité biologique permet une structuration active du sol. On estime que 80 à 90% de l’effet des matières organiques sur la structure des sols est lié à la biostimulation, et cet effet est d’autant plus fort que l’on apporte des matières organiques fraîches telles que les BRF.

Outre les champignons dont l’action est effective sur plusieurs années, au cours des six premiers mois les bactéries et actinomycètes (champignons primitifs) produisent des substances collantes qui améliorent la structure du sol. La pédofaune joue ensuite un rôle important en broutant les champignons et en triturant le sol et la matière organique. Parmi ces organismes, les lombrics participent grandement à la création d’une macroporosité dans le sol et à l’infiltration de l’eau.

La synthèse d’humus

Dans un deuxième temps, la digestion du BRF par la vie du sol engendre la formation d’humus en grandes quantités. Le rôle de l’humus dans la formation d’agrégats stables est bien connu, il est un facteur essentiel de la stabilité des sols à long terme, de leur fertilité et de leur capacité à stocker l’eau et les nutriments. Les essais réalisés en grandes cultures en Belgique ont montré que 1m3 de BRF produisait 75 kg d’humus, soit 7,5 t/ha d’humus pour un apport de 100m3, qui se formera dans un délai de deux ans après incorporation ! On estime qu’un tel volume correspond à dix ans d’apport de fumier. Cette croissance d’humus peut également être réalisée par un apport de compost de déchets verts, mais on profite avec le BRF d’une stimulation plus forte de l’activité biologique dans le sol.

Nutrition des plantes

Du point de vue de la nutrition du sol et des plantes, le BRF possède des atouts et peut s’associer à d’autres types de fertilisations. En complément des épandages d’effluents animaux, le BRF est un moyen intéressant pour compenser le faible C/N de certains produits. En outre, l’une des principales qualités du BRF, dans un contexte de carences avérées de beaucoup de sols en éléments minéraux dits « mineurs », est d’apporter un complément alimentaire économique. Les arbres dont ils sont issus sont allés chercher dans les couches profondes du sol l’ensemble des éléments qui sont remis à disposition des plantes et de l’activité biologique. On estime que 75 % des nutriments de l’arbre se trouvent dans les branches de moins de 7 cm de diamètre.

D’autre part, si ce matériau est très riche en carbone, c’est principalement de molécule facilement dégradable : de lignine relativement peu polymérisée, cellulose et hémicellulose. Avec 75 kg de carbone par m3 (ou 225 kg/t), le BRF présente un C/N de 50, alors que le bois de tronc présente un C/N de 500. Schématiquement, on pourrait dire que le BRF est dix fois plus riche en azote que le bois de tronc, et cette propriété le rend très accessible pour les micro-organismes décomposeurs. Cela explique l’augmentation rapide de la température (jusqu’à 70 °C à 80 °C) quelques jours après la mise en tas des copeaux. Si cet azote n’est pas directement disponible pour les cultures, il représente tout de même 180 unités pour un apport de 100 m3 qui seront capitalisées dans le sol et remises à disposition des cultures au fil des années.

Gérer la fertilisation azotée suite aux épandages de BRF

L’épandage de matière riche en carbone peut faire craindre une faim d’azote pénalisant durablement les cultures. En effet, malgré un C/N modéré de 50, le BRF immobilise puissamment l’azote en raison du développement très intense de l’activité biologique. Ce phénomène d’immobilisation dure environ un an après l’incorporation du BRF. Ensuite, malgré des reliquats réduits au minimum (10 à 30 UN sur 90 cm), l’azote est fourni aux plantes par des canaux biologiques. Rappelons que les 7,5 t/ha d’humus formés grâce à un apport de 100 m3 de BRF contiennent environ 300 unités d’azote, dont 180 unités proviennent directement du BRF ! L’azote organique contenu dans l’humus n’est pas lessivable, ce qui diminue grandement les pertes et les pollutions.

En ce qui concerne les 120 unités restantes, elles sont issues de la préemption d’une partie de l’azote du sol. Ce prélèvement d’azote est calculable. On peut donc bénéficier des multiples avantages du BRF sans compromettre ses rendements. En effet, dans le cadre des expériences réalisées en Belgique, a été établie une loi qui permet de prévoir de façon précise l’immobilisation de l’azote. Au cours de la première année après incorporation, les champignons immobilisent une part de l’azote minéral disponible (engrais, reliquats, minéralisation des matières organiques et des effluents d’élevage). Cette proportion équivaut à 25 % de base + 8 % par dose de 100 m3/ha de BRF : si l’on incorpore 100 m3/ha de BRF, on doit donc s’attendre à une immobilisation de 33 % de l’azote minéral présent ou apporté, et de 41 % pour 200 m3/ha de BRF. De manière plus simple, et pour de faibles apports en interculture, on peut calculer l’immobilisation en fonction de l’humus formé : 1 unité d’azote est prélevée par l’humification de 1 m3 de BRF.

BRF et légumineuses, le tandem gagnant

Afin d’éviter la surfertilisation de la première année, un itinéraire prometteur est l’incorporation de BRF avant légumineuse, sans ajout d’azote. Des essais réalisés en Belgique ont montré qu’en une seule année, un trèfle avait apporté suffisamment d’azote pour compléter l’apport du BRF et profiter à la culture suivante. Le système est d’autant plus efficace que les légumineuses n’apportent de l’azote gratuitement que si elles y sont contraintes : soit par les prélèvements azotés d’une culture associée, soit par un apport de carbone dans le sol (cas du BRF). De plus, un autre essai belge sur luzerne a montré que le BRF défavorisait les adventices nitrophiles (chénopodes, camomilles…) tout en augmentant les rendements et les prélèvements en azote de la culture.

Le BRF, une ouverture vers la lutte intégrée

Au-delà de la simple structuration et de la nutrition des cultures, de nouveaux résultats semblent particulièrement intéressants pour les systèmes en agriculture durable, notamment en ce qui concerne la gestion des maladies fongiques et des adventices. Pour les maladies, il semble que le développement massif de champignons décomposeurs assure un meilleur équilibre des espèces présentes et permet une régulation naturelle des champignons pathogènes.

BRF, mode d’emploi

Suite aux recherches canadiennes, on sait que le BRF idéal est issu de branches de moins de 7 cm de diamètre, d’essences de feuillus, broyées fin et épandues directement. Toutefois, dans le contexte des grandes cultures, les essais réalisés en Belgique montrent que les mécanismes demeurent identiques pour différents mélanges d’essences, broyées plus ou moins grossièrement et comprenant des branches de calibre plus important. Ce matériau moyen, qui est celui dont les fermiers peuvent disposer, peut être stocké en tas, de quelques jours à quelques mois. Ces résultats montrent qu’il y a bien une continuité entre BRF et composts de déchets verts. De plus, cette phase de précompostage permet l’ensemencement en organismes décomposeurs.

Épandage et incorporation

Comme pour toute intervention avec du matériel lourd, il est préférable d’épandre sur sol portant afin de limiter le tassement : soit après récolte directement sur les chaumes, soit en hiver sur sol gelé. L’épandage doit être régulier pour éviter un cumul de copeaux qui immobiliserait localement l’azote. À ce titre, un épandeur à fumier avec répartiteur à plateaux convient très bien. Une astuce : lorsque l’on tourne en bout de champ, arrêter le tapis en laissant les disques tourner permet d’éviter de casser le boulon de sécurité si un morceau de bois est coincé. L’incorporation peut se faire juste après l’épandage ou lors des préparations de surface classiques avant implantation. Parmi les outils testés, le rotalabour combiné à un décompacteur « pattes d’oies » fonctionne bien. Avec une intervention perpendiculaire à l’épandage, un tel combiné permet de décompacter les traces de l’épandeur et d’incorporer parfaitement en un seul passage. Avec un outil à dents il faut généralement plusieurs passages pour achever le travail. L’incorporation à 10 cm est recommandée dans les itinéraires classiques et permet de « booster » la vie du sol et d’accélérer l’humification du BRF, induisant par conséquent une forte immobilisation d’azote. Avec la simplification du travail du sol, l’incorporation est moins profonde voire absente, ce qui retarde ou diminue l’activation biologique mais réduit la faim d’azote dans les mêmes proportions. C’est pourquoi, dans les situations de transition où l’activité biologique est faible et le sol pas encore réorganisé, il est préférable de procéder à une incorporation profonde (10 cm) la première année avant de réduire ou de supprimer le travail du sol. Pour ceux qui désirent uniquement réduire les reliquats d’azote, un itinéraire particulièrement efficace et simple consiste à épandre le BRF à la dose de 1m3/unité de reliquat. On profitera alors des déchaumages pour l’incorporation du BRF sans opérations supplémentaires. Le BRF permettra ensuite de fixer dans l’humus les grandes quantités d’azote qui se minéralisent suite au travail du sol et aux conditions climatiques en fin d’été. Cette méthode limite les pertes d’azote qui se retrouvent séquestrées dans l’humus.

Semis

Le semis, après une incorporation correcte du BRF ne pose aucun problème particulier, y compris le jour même, et peut être réalisé avec un semoir ordinaire. D’autre part, aucune phytotoxicité n’a été constatée pour aucune culture. Dans les situations de semis direct, si l’activité biologique est dynamique et le sol organisé, le BRF pourrait sans doute être apporté en surface sans incorporation.

Face à la raréfaction des matières organiques et à la diminution de l’activité biologique, l’épandage de BRF, ou autres broyats de déchets verts ligneux, est une piste intéressante et économique de valorisation du carbone organique de proximité. L’outil est d’autant plus intéressant que l’inévitable faim d’azote liée au carbone est mesurable et prévisible et n’est plus un obstacle à la réussite. La rapidité d’action est également un aspect très positif pour réorganiser rapidement les sols au niveau physique, chimique et biologique, afin de passer sereinement aux TCS et au semis direct. Le seul bémol que l’on puisse apporter à cette technique est qu’elle arrive aujourd’hui presque trop tard : dans les années à venir, avec la raréfaction du pétrole et la recherche d’autres sources d’énergie, il pourrait exister une concurrence entre le « carbone amendement  » et le « carbone énergie ». Un seul conseil : dopez vos sols maintenant et plantez des haies !

AUTRES

TECHNIQUE/BUSINESS

 

 

CONTACT

djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

SITE HEBERGE

PAR 1&1

www.1and1.fr?kwk=197583116

 

PUBLICITE

Vêtements femmes

 

SANTE

Soigner son diabète

 

PUBLICATIONS

Agriculture de conservation

ITGC 2015 211 pages.

 

LIENS CONSEILLES

GRDC Australie

Céréales, transfert de technologie

 

GUIDES TECHNIQUES

Super guides de cultures.

 

Le semis direct en Syrie.

Une expérience pour l'Algérie****.

 

للز ا رعة الحافظة

Construction de semoir

(aller en bas de la page)

 

Alternatives Rurales  Pratiques agricoles au Maghreb

 

New Medit

Revue agronomique

 

Entraid

Matériel agricole

 

Permaculture DZ

Site Amis de P. RAbhi

   

E L E V A G E

Conseil en élevage en Algérie

Leader Sheep

 

Elevage de cailles

Cailles dans un garage

 

OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT

Ghriss Mascara - Algérie | Un fellah fabrique une ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/r32AypUxdPg"
https://www.youtube.com/watch?v=r32AypUxdPg
o ...

Fabrication savon d'Alep

Technique artisanale.

 

 

Huile de menthe.

Principe: par distilation. Usage: bloquer la germination des pommes de terre

 

www.google.com/patents/WO2009068803A2?cl=fr

 

Semoir semis-direct:

Essai d'un prototype.

www.youtube.com/watch?v=SJcHIT7HY3c

 

 

Démarche cluster Unido * * * *

Comment développer son activité au sein d'un cluster

dans sa région. Cas de l'olive à Bouira.

www.unido.org/fileadmin/user...we.../interno_web_DEF.pdf
 
 

 

Utiliser le fumier

des élevages.

 

Production de biogaz

 

 

 

Traitement de semences

Semences de ferme.

 
www.youtube.com/watch?v=N-oqfVDvAnQ

 

 

 

How To Use A Pressure Canner

Atelier de conserves

www.youtube.com/watch?v=A-fFAlldDKM

 

How To Make Seitan - Viande végétale

www.youtube.com/watch?v=s9vHa66Bm5E

 

 

Espaces verts machine élagage taille

Elagage des arbres en ville ou en verger.

www.youtube.com/watch?v=uX3dgBNigRU

 

Contact:

www.coupeco.com/coupeco/contents/tailler_arbre_elagage/index.jsp?...

 

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

Irrigation nano

au Maroc.

 

Semoir Semis direct Irakien****

Ras Ar-Rumuh - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/pS1yuxCH844"
www.youtube.com/watch?v=pS1yuxCH844
 

 

Grass Farmer 1414 - YouTube

Pour semer la jachère pâturée

Vidéo pour "https://youtu.be/plIp8DTJFKM"
https://www.youtube.com/watch?v=plIp8DTJFKM
 

 

Aquatrad Subsurface Drip System

www.youtube.com/watch?v=-DBdZ1XvRAo

 

 

ACTU ENTREPRISES

 

Vidéo pour "http://youtu.be/OPMTbk9vTIQ"
www.youtube.com/watch?v=OPMTbk9vTIQ

 

Tapis et revêtements (Algerian Bovines)

www.youtube.com/watch?v=fHrLyufuxCI

 

 

C O U P  DE C O E U R

قناة الشروق - تقنية البذر المباشر ITGC - semis ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/xI254EcfDzs"
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=xI254EcfDzs

 

Crème au chocolat - chef iatto tv - YouTube

"Danettes" au lait de soja et agar-agar

Vidéo pour "https://youtu.be/Vdch6K-mP9M"
www.youtube.com/watch?v=Vdch6K-mP9M

 

 

 

Engrais céréales

Solution Profert Azosul

 

 

 

 

Agrumes intensifs

Conseils de Mohamed MAYOUF

 

 

 

Désherbage bio - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/q7Wyv0uTfp8"

www.youtube.com/watch?v=q7Wyv0uTfp8

 

 

Betterave sucre au Maroc

Barak Allah oufik Si Abdeslam.

 

www.youtube.com/watch?v=Cecv09YiipI

 

 

SITES .FR

Arvalis

 

Oléagineux

 

SITES .DZ

www.crstra.dz

www.inpv.dz

 www.itgc.dz

 

LE SITE.

Ce site vise à réaliser une veille technologique concernant l'agriculture en milieu semi-aride. Nous proposons ainsi de réaliser un transfert de technologie. Beaucoup d'agriculteurs et agronomes sont à l'origine de techniques innovantes, nous essayerons de mieux les faire connaître.

 

L'auteur de ce site est un ingénieur agronome ayant travaillé sur le terrain en Algérie (Batna) et en France (Oise). Passionné d'agronomie et d'une curiosité insatiable, il se propose d'être un "passeur de savoir".

ps: les contributions externes sont les bienvenues.


Mot d'ordre du site

"Une idée nouvelle par jour".

 

Nombre connexions:

100 000         en 2014

200 000 le 15.03.2015

300 000 le 13.09.2015

400 000 le 28.02.2016

500 000 le 07.07.2016

600 000 le 05.02.2017

700 000 le 02.07.2017

Merci pour votre intérêt.