Amine Chajié agriculteur sur 400 ha au Maroc

A 4 minutes sur cette vidéo, un champs de

betteraves à sucre. Pourquoi cela n'existe pas en Algérie?

 


www.youtube.com/watch?v=tbXItwFa6dw

 

 

إنتاج الشمندر بدكالة‬‎ - Récolte de betterave Maroc

Remarquez la récolte manuelle. Les opérations peuvent être mécanisée.

www.youtube.com/watch?v=L-urWxX7jUc
12 juin 2013 - Ajouté par Psycho

 

Cosumar bénéficie d’une détente des prix sur le marché mondial

 

Publié le : 19 juin 2013 - Youssef Boufous, LE MATIN Maroc.

Cosumar-beneficie-dune-detente-des-prix-sur-le-marche-mondial.jpgSur le premier trimestre 2013, Cosumar a pu négocier un prix d’achat moyen en baisse de plus de 20%, par rapport à la même période en 2012. PH. DR

 

Le Maroc a payé moins cher ses achats en sucre brut sur le marché mondial. Cosumar, qui importe plus de la moitié des besoins nationaux, a donc bénéficié de la détente des cours mondiaux. Sur le premier trimestre 2013, le raffineur national a pu ainsi négocier un prix d’achat moyen en baisse de plus de 20%, par rapport à la même période en 2012. Soit mieux que la baisse apparente du marché mondial de 14%, selon le groupe. Cette tendance devra se poursuivre les prochains mois. Selon les estimations de l’Organisation internationale du sucre, la campagne 2013-2014 pourrait également connaitre un surplus de production pour la troisième année consécutive d’environ 6 millions de tonnes. Notre source à Cosumar explique que la situation tendrait néanmoins vers un équilibre entre la production et la consommation, et la phase excédentaire pourrait finalement toucher à sa fin lors de la campagne 2014-2015.

 

La baisse des cours sur le marché international est liée à une bonne prévision de production dans certains pays producteurs dont le Brésil, premier exportateur mondial. En effet, la production mondiale a enregistré un surplus pour la deuxième année consécutive qui s’est établi à près de 10 millions de tonnes de sucre en 2012-2013, soit un niveau de production de 182 millions de tonnes.

L’importante récolte brésilienne a inondé les marchés, tirant ainsi les prix vers le bas. À Londres, la tonne s’échange actuellement autour de 476 dollars. «Des niveaux qui n’avaient plus été observés depuis 2010», explique une source autorisée auprès de Cosumar.

 

Cette nette amélioration de la récolte est liée essentiellement aux conditions climatiques favorables au Brésil à la fois pendant la période de la poussée mais aussi depuis le début de la récolte où les usines ont atteint leurs totales capacités très rapidement sans perturbations climatiques. Le sucre extrait au Brésil dépasserait ainsi 37 millions de tonnes pour la campagne en cours.

Alléger la Caisse de compensation

 

La baisse de 20% des prix d’achats de Cosumar viendra alléger les dépenses en devises du Maroc, allouées à l’achat de sucre. Le niveau de subvention accordé au consommateur et supporté par la Caisse de compensation va également être revu à la baisse. Cosumar ne nous a pas fourni le détail des deux niveaux de baisses. En 2012, la subvention accordée par l’Etat au sucre a frôlé les 5 milliards de DH. Mais si l’actuelle campagne sucrière locale est bonne, les niveaux de subvention seront nettement moindres.

Pour cette année, les prévisions de la campagne sucrière font état d’une récolte de 400.000 tonnes, soit une progression de 40% par rapport à l’année précédente. «Cosumar, de par son rôle d’agrégateur de la filière, a pris toutes les dispositions nécessaires pour approvisionner les producteurs dans les meilleures conditions en intrants -semences, boutures, engrais et produits phytosanitaires- ainsi qu’en matériel agricole -semoirs, herses, bineuses...-. Et ce, afin d’assurer le traitement de cette production dans les meilleures conditions», affirme-t-on auprès du raffineur national.

 

Le programme initial des plantes sucrières tablait sur 52.000 ha pour cette campagne 2013 (la superficie agricole sucrière globale est de 90.000 ha répartie sur 5 régions : Doukkala, Gharb, Loukkos, Tadla, Moulouya). Aujourd’hui, la superficie récoltable est d’environ 48.000 ha. Ce chiffre est, selon Cosumar, en hausse de 25% par rapport à la campagne 2012. Ce niveau de réalisation a été cependant impacté par un «fort niveau de précipitations lors de la période des semis». Ces pluies ont empêché la réalisation de la totalité du programme notamment au Gharb et Loukkos. Selon Cosumar, le taux de couverture cette année sera de l’ordre de 30% (à peine 20% l’année dernière). Le reste sera importé, comme à l’accoutumée, pour subvenir aux besoins du marché local en progression régulière et qui devrait atteindre 1,27 million de tonnes en 2013. Le sucre, produit de première nécessité subventionné par l’Etat, est toujours importé à hauteur de 70%. Et ce, depuis les cinq dernières années.

1,2 million de tonnes de sucre traité

 

Selon des chiffres fournis par le raffineur, la production sucrière traitée à ce jour est d’environ 1,2 million de tonnes. Soit 50% de la production prévisionnelle. «Les résultats enregistrés sur le plan rendement, qualité technologique et revenu des agriculteurs sont plutôt satisfaisants», explique une source interne.

Rappelons que le nouveau contrat-programme pour la filière se donne pour horizon l’année 2020. Il prévoit d’étendre la superficie plantée en betterave à sucre à 66.500 ha et celle de la canne à 28.200 ha. Il ambitionne également d’améliorer le rendement à l’hectare qui devrait franchir un nouveau palier pour atteindre 12 tonnes à l’horizon 2020. La décision de l’Etat d’accorder une aide financière à la création de nouvelles plantations devrait encourager les agriculteurs à réaliser les objectifs de plantation prévus pour les cinq prochaines années. Il s’agit de planter 5.200 hectares par an.

- See more at: http://www.lematin.ma/supplement/economie/Tourisme_Les-professionnels-naviguent-a-vue/Sucre_Cosumar-beneficie-d-une-detente-des-prix-sur-le-marche-mondial/183907.html#sthash.54srxMET.dpuf

osumar bénéficie d’une détente des prix sur le marché mondial

Publié le : 19 juin 2013 - Youssef Boufous, LE MATIN

Réagir  3  0 Google+0  0  0
Cosumar-beneficie-dune-detente-des-prix-sur-le-marche-mondial.jpgSur le premier trimestre 2013, Cosumar a pu négocier un prix d’achat moyen en baisse de plus de 20%, par rapport à la même période en 2012. PH. DR

Le Maroc a payé moins cher ses achats en sucre brut sur le marché mondial. Cosumar, qui importe plus de la moitié des besoins nationaux, a donc bénéficié de la détente des cours mondiaux. Sur le premier trimestre 2013, le raffineur national a pu ainsi négocier un prix d’achat moyen en baisse de plus de 20%, par rapport à la même période en 2012. Soit mieux que la baisse apparente du marché mondial de 14%, selon le groupe. Cette tendance devra se poursuivre les prochains mois. Selon les estimations de l’Organisation internationale du sucre, la campagne 2013-2014 pourrait également connaitre un surplus de production pour la troisième année consécutive d’environ 6 millions de tonnes. Notre source à Cosumar explique que la situation tendrait néanmoins vers un équilibre entre la production et la consommation, et la phase excédentaire pourrait finalement toucher à sa fin lors de la campagne 2014-2015.

La baisse des cours sur le marché international est liée à une bonne prévision de production dans certains pays producteurs dont le Brésil, premier exportateur mondial. En effet, la production mondiale a enregistré un surplus pour la deuxième année consécutive qui s’est établi à près de 10 millions de tonnes de sucre en 2012-2013, soit un niveau de production de 182 millions de tonnes.
L’importante récolte brésilienne a inondé les marchés, tirant ainsi les prix vers le bas. À Londres, la tonne s’échange actuellement autour de 476 dollars. «Des niveaux qui n’avaient plus été observés depuis 2010», explique une source autorisée auprès de Cosumar.

Cette nette amélioration de la récolte est liée essentiellement aux conditions climatiques favorables au Brésil à la fois pendant la période de la poussée mais aussi depuis le début de la récolte où les usines ont atteint leurs totales capacités très rapidement sans perturbations climatiques. Le sucre extrait au Brésil dépasserait ainsi 37 millions de tonnes pour la campagne en cours.

Alléger la Caisse de compensation

La baisse de 20% des prix d’achats de Cosumar viendra alléger les dépenses en devises du Maroc, allouées à l’achat de sucre. Le niveau de subvention accordé au consommateur et supporté par la Caisse de compensation va également être revu à la baisse. Cosumar ne nous a pas fourni le détail des deux niveaux de baisses. En 2012, la subvention accordée par l’Etat au sucre a frôlé les 5 milliards de DH. Mais si l’actuelle campagne sucrière locale est bonne, les niveaux de subvention seront nettement moindres.
Pour cette année, les prévisions de la campagne sucrière font état d’une récolte de 400.000 tonnes, soit une progression de 40% par rapport à l’année précédente. «Cosumar, de par son rôle d’agrégateur de la filière, a pris toutes les dispositions nécessaires pour approvisionner les producteurs dans les meilleures conditions en intrants -semences, boutures, engrais et produits phytosanitaires- ainsi qu’en matériel agricole -semoirs, herses, bineuses...-. Et ce, afin d’assurer le traitement de cette production dans les meilleures conditions», affirme-t-on auprès du raffineur national.

Le programme initial des plantes sucrières tablait sur 52.000 ha pour cette campagne 2013 (la superficie agricole sucrière globale est de 90.000 ha répartie sur 5 régions : Doukkala, Gharb, Loukkos, Tadla, Moulouya). Aujourd’hui, la superficie récoltable est d’environ 48.000 ha. Ce chiffre est, selon Cosumar, en hausse de 25% par rapport à la campagne 2012. Ce niveau de réalisation a été cependant impacté par un «fort niveau de précipitations lors de la période des semis». Ces pluies ont empêché la réalisation de la totalité du programme notamment au Gharb et Loukkos. Selon Cosumar, le taux de couverture cette année sera de l’ordre de 30% (à peine 20% l’année dernière). Le reste sera importé, comme à l’accoutumée, pour subvenir aux besoins du marché local en progression régulière et qui devrait atteindre 1,27 million de tonnes en 2013. Le sucre, produit de première nécessité subventionné par l’Etat, est toujours importé à hauteur de 70%. Et ce, depuis les cinq dernières années.


1,2 million de tonnes de sucre traité

Selon des chiffres fournis par le raffineur, la production sucrière traitée à ce jour est d’environ 1,2 million de tonnes. Soit 50% de la production prévisionnelle. «Les résultats enregistrés sur le plan rendement, qualité technologique et revenu des agriculteurs sont plutôt satisfaisants», explique une source interne.
Rappelons que le nouveau contrat-programme pour la filière se donne pour horizon l’année 2020. Il prévoit d’étendre la superficie plantée en betterave à sucre à 66.500 ha et celle de la canne à 28.200 ha. Il ambitionne également d’améliorer le rendement à l’hectare qui devrait franchir un nouveau palier pour atteindre 12 tonnes à l’horizon 2020. La décision de l’Etat d’accorder une aide financière à la création de nouvelles plantations devrait encourager les agriculteurs à réaliser les objectifs de plantation prévus pour les cinq prochaines années. Il s’agit de planter 5.200 hectares par an.

- See more at: http://www.lematin.ma/supplement/economie/Tourisme_Les-professionnels-naviguent-a-vue/Sucre_Cosumar-beneficie-d-une-detente-des-prix-sur-le-marche-mondial/183907.html#sthash.54srxMET.dpuf

osumar bénéficie d’une détente des prix sur le marché mondial

Publié le : 19 juin 2013 - Youssef Boufous, LE MATIN

Réagir  3  0 Google+0  0  0
Cosumar-beneficie-dune-detente-des-prix-sur-le-marche-mondial.jpgSur le premier trimestre 2013, Cosumar a pu négocier un prix d’achat moyen en baisse de plus de 20%, par rapport à la même période en 2012. PH. DR

Le Maroc a payé moins cher ses achats en sucre brut sur le marché mondial. Cosumar, qui importe plus de la moitié des besoins nationaux, a donc bénéficié de la détente des cours mondiaux. Sur le premier trimestre 2013, le raffineur national a pu ainsi négocier un prix d’achat moyen en baisse de plus de 20%, par rapport à la même période en 2012. Soit mieux que la baisse apparente du marché mondial de 14%, selon le groupe. Cette tendance devra se poursuivre les prochains mois. Selon les estimations de l’Organisation internationale du sucre, la campagne 2013-2014 pourrait également connaitre un surplus de production pour la troisième année consécutive d’environ 6 millions de tonnes. Notre source à Cosumar explique que la situation tendrait néanmoins vers un équilibre entre la production et la consommation, et la phase excédentaire pourrait finalement toucher à sa fin lors de la campagne 2014-2015.

La baisse des cours sur le marché international est liée à une bonne prévision de production dans certains pays producteurs dont le Brésil, premier exportateur mondial. En effet, la production mondiale a enregistré un surplus pour la deuxième année consécutive qui s’est établi à près de 10 millions de tonnes de sucre en 2012-2013, soit un niveau de production de 182 millions de tonnes.
L’importante récolte brésilienne a inondé les marchés, tirant ainsi les prix vers le bas. À Londres, la tonne s’échange actuellement autour de 476 dollars. «Des niveaux qui n’avaient plus été observés depuis 2010», explique une source autorisée auprès de Cosumar.

Cette nette amélioration de la récolte est liée essentiellement aux conditions climatiques favorables au Brésil à la fois pendant la période de la poussée mais aussi depuis le début de la récolte où les usines ont atteint leurs totales capacités très rapidement sans perturbations climatiques. Le sucre extrait au Brésil dépasserait ainsi 37 millions de tonnes pour la campagne en cours.

Alléger la Caisse de compensation

La baisse de 20% des prix d’achats de Cosumar viendra alléger les dépenses en devises du Maroc, allouées à l’achat de sucre. Le niveau de subvention accordé au consommateur et supporté par la Caisse de compensation va également être revu à la baisse. Cosumar ne nous a pas fourni le détail des deux niveaux de baisses. En 2012, la subvention accordée par l’Etat au sucre a frôlé les 5 milliards de DH. Mais si l’actuelle campagne sucrière locale est bonne, les niveaux de subvention seront nettement moindres.
Pour cette année, les prévisions de la campagne sucrière font état d’une récolte de 400.000 tonnes, soit une progression de 40% par rapport à l’année précédente. «Cosumar, de par son rôle d’agrégateur de la filière, a pris toutes les dispositions nécessaires pour approvisionner les producteurs dans les meilleures conditions en intrants -semences, boutures, engrais et produits phytosanitaires- ainsi qu’en matériel agricole -semoirs, herses, bineuses...-. Et ce, afin d’assurer le traitement de cette production dans les meilleures conditions», affirme-t-on auprès du raffineur national.

Le programme initial des plantes sucrières tablait sur 52.000 ha pour cette campagne 2013 (la superficie agricole sucrière globale est de 90.000 ha répartie sur 5 régions : Doukkala, Gharb, Loukkos, Tadla, Moulouya). Aujourd’hui, la superficie récoltable est d’environ 48.000 ha. Ce chiffre est, selon Cosumar, en hausse de 25% par rapport à la campagne 2012. Ce niveau de réalisation a été cependant impacté par un «fort niveau de précipitations lors de la période des semis». Ces pluies ont empêché la réalisation de la totalité du programme notamment au Gharb et Loukkos. Selon Cosumar, le taux de couverture cette année sera de l’ordre de 30% (à peine 20% l’année dernière). Le reste sera importé, comme à l’accoutumée, pour subvenir aux besoins du marché local en progression régulière et qui devrait atteindre 1,27 million de tonnes en 2013. Le sucre, produit de première nécessité subventionné par l’Etat, est toujours importé à hauteur de 70%. Et ce, depuis les cinq dernières années.


1,2 million de tonnes de sucre traité

Selon des chiffres fournis par le raffineur, la production sucrière traitée à ce jour est d’environ 1,2 million de tonnes. Soit 50% de la production prévisionnelle. «Les résultats enregistrés sur le plan rendement, qualité technologique et revenu des agriculteurs sont plutôt satisfaisants», explique une source interne.
Rappelons que le nouveau contrat-programme pour la filière se donne pour horizon l’année 2020. Il prévoit d’étendre la superficie plantée en betterave à sucre à 66.500 ha et celle de la canne à 28.200 ha. Il ambitionne également d’améliorer le rendement à l’hectare qui devrait franchir un nouveau palier pour atteindre 12 tonnes à l’horizon 2020. La décision de l’Etat d’accorder une aide financière à la création de nouvelles plantations devrait encourager les agriculteurs à réaliser les objectifs de plantation prévus pour les cinq prochaines années. Il s’agit de planter 5.200 hectares par an.

- See more at: http://www.lematin.ma/supplement/economie/Tourisme_Les-professionnels-naviguent-a-vue/Sucre_Cosumar-beneficie-d-une-detente-des-prix-sur-le-marche-mondial/183907.html#sthash.54srxMET.dpuf

TECHNIQUE/BUSINESS

 

 

CONTACT

djamel.belaid@ac-amiens.fr

 

SITE HEBERGE

PAR 1&1

www.1and1.fr?kwk=197583116

 

PUBLICITE

Vêtements femmes

 

SANTE

Soigner son diabète

 

PUBLICATIONS

Agriculture de conservation

ITGC 2015 211 pages.

 

LIENS CONSEILLES

GRDC Australie

Céréales, transfert de technologie

 

GUIDES TECHNIQUES

Super guides de cultures.

 

 

للز ا رعة الحافظة

Construction de semoir

 

Alternatives Rurales  Pratiques agricoles au Maghreb

 

New Medit

Revue agronomique

 

Entraid

Matériel agricole

 

Permaculture DZ

Site Amis de P. RAbhi

   

E L E V A G E

Conseil en élevage en Algérie

Leader Sheep

 

Elevage de cailles

Cailles dans un garage

 

OPPORTUNITES D'INVESTISSEMENT

Ghriss Mascara - Algérie | Un fellah fabrique une ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/r32AypUxdPg"
https://www.youtube.com/watch?v=r32AypUxdPg
o ...

Fabrication savon d'Alep

Technique artisanale.

 

 

Huile de menthe.

Principe: par distilation. Usage: bloquer la germination des pommes de terre

 

www.google.com/patents/WO2009068803A2?cl=fr

 

Semoir semis-direct:

Essai d'un prototype.

www.youtube.com/watch?v=SJcHIT7HY3c

 

 

Démarche cluster Unido * * * *

Comment développer son activité au sein d'un cluster

dans sa région. Cas de l'olive à Bouira.

www.unido.org/fileadmin/user...we.../interno_web_DEF.pdf
 
 

 

Utiliser le fumier

des élevages.

 

Production de biogaz

 

 

 

Traitement de semences

Semences de ferme.

 
www.youtube.com/watch?v=N-oqfVDvAnQ

 

 

 

How To Use A Pressure Canner

Atelier de conserves

www.youtube.com/watch?v=A-fFAlldDKM

 

How To Make Seitan - Viande végétale

www.youtube.com/watch?v=s9vHa66Bm5E

 

 

Espaces verts machine élagage taille

Elagage des arbres en ville ou en verger.

www.youtube.com/watch?v=uX3dgBNigRU

 

Contact:

www.coupeco.com/coupeco/contents/tailler_arbre_elagage/index.jsp?...

 

 

NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

Irrigation nano

au Maroc.

 

Semoir Semis direct Irakien****

Ras Ar-Rumuh - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/pS1yuxCH844"
www.youtube.com/watch?v=pS1yuxCH844
 

 

Grass Farmer 1414 - YouTube

Pour semer la jachère pâturée

Vidéo pour "https://youtu.be/plIp8DTJFKM"
https://www.youtube.com/watch?v=plIp8DTJFKM
 

 

Aquatrad Subsurface Drip System

www.youtube.com/watch?v=-DBdZ1XvRAo

 

 

ACTU ENTREPRISES

 

Vidéo pour "http://youtu.be/OPMTbk9vTIQ"
www.youtube.com/watch?v=OPMTbk9vTIQ

 

Tapis et revêtements (Algerian Bovines)

www.youtube.com/watch?v=fHrLyufuxCI

 

 

C O U P  DE C O E U R

قناة الشروق - تقنية البذر المباشر ITGC - semis ... - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/xI254EcfDzs"
 
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=xI254EcfDzs

 

Crème au chocolat - chef iatto tv - YouTube

"Danettes" au lait de soja et agar-agar

Vidéo pour "https://youtu.be/Vdch6K-mP9M"
www.youtube.com/watch?v=Vdch6K-mP9M

 

 

 

Engrais céréales

Solution Profert Azosul

 

 

 

 

Agrumes intensifs

Conseils de Mohamed MAYOUF

 

 

 

Désherbage bio - YouTube

Vidéo pour "https://youtu.be/q7Wyv0uTfp8"

www.youtube.com/watch?v=q7Wyv0uTfp8

 

 

Betterave sucre au Maroc

Barak Allah oufik Si Abdeslam.

 

www.youtube.com/watch?v=Cecv09YiipI

 

 

SITES .FR

Arvalis

 

Oléagineux

 

SITES .DZ

www.crstra.dz

www.inpv.dz

 www.itgc.dz

 

LE SITE.

Ce site vise à réaliser une veille technologique concernant l'agriculture en milieu semi-aride. Nous proposons ainsi de réaliser un transfert de technologie. Beaucoup d'agriculteurs et agronomes sont à l'origine de techniques innovantes, nous essayerons de mieux les faire connaître.

 

L'auteur de ce site est un ingénieur agronome ayant travaillé sur le terrain en Algérie (Batna) et en France (Oise). Passionné d'agronomie et d'une curiosité insatiable, il se propose d'être un "passeur de savoir".

ps: les contributions externes sont les bienvenues.


Mot d'ordre du site

"Une idée nouvelle par jour".

 

Nombre connexions:

100 000         en 2014

200 000 le 15.03.2015

300 000 le 13.09.2015

400 000 le 28.02.2016

500 000 le 07.07.2016

600 000 le 05.02.2017

700 000 le 02.07.2017

Merci pour votre intérêt.